Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Divas et grosses productions américaines

Quand la Piazza Grande fait son cinéma.

(Keystone)

Davantage de films venant des Etats-Unis et d'Asie et une présence helvétique plutôt ténue. Ce sont deux caractéristiques de la 60ème édition du Festival international du film de Locarno...

Parmi les 19 films de la compétition internationale qui se disputeront le Léopard d'or, la Suisse sera représentée par 'Fuori Dalle Corde', du jeune réalisateur Fulvio Bernasconi.

Grosses productions, divertissement qui plaît! Frédéric Maire, directeur artistique du Festival du film de Locarno depuis deux ans, reste fidèle à cette équation qu'il suit avec cohérence. Et apparemment avec succès.

Au programme de la Piazza Grande figurent en effet des longs-métrages - pour la plupart américains - propres à séduire le public. A l'instar de 'The Bourne Ultimatum' de Paul Greengrass, dans lequel Matt Damon crèvera l'écran géant de Locarno pour la troisième fois.

Pour assurer la diversité, ce sont aussi une comédie musicale - 'Hairspray' d'Adam Shankmans, un remake du film homonyme de John Waters, avec John Travolta et Michelle Pfeiffer - et une parodie de film d'horreur - 'Planet Terror' de Roberto Rodriguez – qui seront projetés sous les étoiles de la Piazza Grande.

Quant aux productions américaines indépendantes, elles n'ont pas été oubliées. Il sera ainsi possible de voir la comédie 'Waitress' d'Adrienne Shelly ou encore le docu-fiction 'Chicago 10' de Brett Morgan.

Locarno entre passé et futur

Fier de sa tradition de découvreur, le festival de Locarno, qui fête cette année ses 60 ans, se rend hommage à lui-même avec la rétrospective 'Retour à Locarno'. Y seront présentés des réalisateurs et leurs œuvres qui ont percé au festival. C'est le cas notamment de Claude Chabrol, Istvàn Szabó, Alain Tanner, Fredi M. Murer et Yousri Nasrallah, qui sont attendus au Tessin.

Mais Locarno ne se contente pas de regarder en arrière. Si plusieurs rétrospectives sont programmées, les responsables du festival sont pleinement ancrés dans le présent et ont le regard tourné vers l'avenir.

Avec le film d'animation japonais généré par ordinateur 'Vexille' de Fumihiko Sori, la manifestation a un pied dans le futur puisque le numérique est appelé à devenir omniprésent dans l'industrie cinématographique. Pour ce long-métrage high-tech, une nouvelle cabine de projection, techniquement à la pointe, a été installée sur la Piazza Grande grâce à la contribution des communes des environs et de la Confédération.

Les femmes à l'honneur

Sur les quelque 170 films du festival, vingt ont été tournés par des femmes - une proportion élevée en comparaison avec d'autres années. Dans ces longs-métrages, il est souvent question du rôle de la femme, comme l'illustre 'Vogliamo anche le rose' de l'Italo-Suissesse Alina Marazzi.

Les femmes seront en outre à l'honneur dans la rétrospective 'Signore & Signore', un choix de 20 films pour célébrer les grandes dames du cinéma italien. Seront projetés notamment 'Bellissima' (1951) de Luchino Visconti avec Anna Magnani, 'Giulietta degli spiriti' (1975) de Fellini avec Giulietta Masina, ainsi que d'autres films avec Gina Lollobrigida, Franca Valeri, Sofia Loren, Monica Vitti, Ornella Muti ou encore Monica Bellucci.

Modeste représentation suisse

Cette année, à part 'Fuori Dalle Corde' du jeune réalisateur Fulvio Bernasconi, présenté en compétition, il faut, contrairement à l'an dernier, chercher les films suisses en marge des programmes internationaux.

Le 7 août, Jacob Berger montrera son long-métrage '1 Journée' en conclusion de la Journée du cinéma suisse. Par contre, l'événement que devait représenter la projection du film d'animation 'Max & Co' n'aura pas lieu, son producteur ayant estimé qu'une projection quatre mois avant sa sortie était prématurée.

La section 'Appellations suisses' comporte, quant à elle, dix films helvétiques au potentiel international. Parmi ceux-ci 'I Was A Swiss Banker' de Thomas Imbach, qui a déjà été projeté dans l'avant-programme du Festival international du film de Berlin.

Fierté des organisateurs

«Nous sommes fiers que Locarno, à 60 ans, joue toujours dans la ligue des champions des festivals», s'est réjoui le président du festival Marco Solari lors de la présentation du programme à Berne.

«Cela n'est possible que parce que nous pouvons recourir aux subventions publiques et au soutien de l'économie privée. Le festival ne génère que 15 à 20% de son budget».

swissinfo, Etienne Strebel
(Traduction de l'allemand: Carole Wälti)

L'édition 2007

Le Festival international du film de Locarno fête cette année sa 60ème édition.

Quelque 20 premières œuvres figurent à l'affiche.

En tout, une trentaine de pays sont représentés cette année à Locarno.

Près de 80 films garnissent le menu des principales sections de la manifestation.

Les nouveaux films ont été répartis en cinq catégories différentes:
La Piazza Grande, la compétition internationale, la compétition des 'Cinéastes du présent, 'Ici & Ailleurs' et les 'Léopards de demain'.

A cela, il faut ajouter un atelier de coproduction, les projections ouvertes au public, la section 'Play Forward' consacrée à l'expérimentation, la rétrospective 'retour à Locarno', 'Signore & Signore' - un hommage aux grandes dames du cinéma italien - et les sections parallèles 'Semaine de la critique' et 'Appellations suisses'.

Fin de l'infobox

Léopard d'or

Le Léopard d'or est doté de 90'000 francs. Le ou la réalisatrice du film et ses producteurs se partagent cette somme.

2006 - "Das Fräulein" (Andrea Staka), Suisse
2005 - "Nine lives" (Rodrigo Garcia), Etats-Unis.
2004 - "Private" (Saverio Costanzo), Italie.
2003 - "Khamosh Pani" – "Silent Waters" (Sabiha Sumar), Pakistan.
2002 - "Das Verlangen" (Iain Dilthey), Allemagne.
2001 - "Alla rivoluzione sulla due cavalli" (Maurizio Sciarpa), Italie.
2000 - "Baba" (Shuo Wang), Chine.

Fin de l'infobox


Liens

×