Des perspectives suisses en 10 langues

La forme la plus ancienne de démocratie directe en live sur le Web

Casa alle cui finestre sono esposte due bandiere.
En bordure de la place où se teint la Landsgemeide, les drapeaux de Glaris (à gauche) et d'Appenzell Rhodes-Intérieures. Ce sont les deux seuls cantons de Suisse qui pratiquent la Landsgemeinde. © Keystone / Gian Ehrenzeller

Le premier acte des élections fédérales suisses de 2019 se fera à main levée et en direct. Pour la première fois, la Landsgemeinde d'Appenzell Rhodes-Intérieures - l'assemblée des citoyens du canton réunis sur la place du chef-lieu pour voter - sera diffusée en direct sur Internet dimanche. Parmi les décisions, il y aura l'élection du nouveau représentant du canton à la Chambre haute du Parlement suisse.

La nouveauté technologique n’affectera certainement pas le protocole solennel de la Landsgemeinde d’Appenzell Rhodes-IntérieuresLien externe, à laquelle le petit canton de Suisse orientale est fermement attaché. Le gouvernement a décidé de franchir cette étape, encouragé par l’exemple de Glaris, seul autre canton de Suisse où la Landsgemeinde existe encore.

Plus

Plus

La Landsgemeinde, folklore ou démocratie de base?

Ce contenu a été publié sur Une fois par an à Appenzell, on polit les casques dorés, on sort les grandes bannières aux armoiries des familles et les robes noires, en vue du «jour le plus important de l’année»: celui de la Landsgemeinde. Même la neige, qui ce printemps tombe inhabituellement tard sur les pommiers en fleurs et sur les toits…

lire plus La Landsgemeinde, folklore ou démocratie de base?

Le pouvoir exécutif reste toutefois extrêmement prudent: la diffusion en directe sera «une expérience pilote», a-t-il souligné dans un communiqué. L’idée est de permettre aux citoyens qui ne peuvent assister à l’assemblée de suivre ses travaux en direct via le site du canton, qui compte un peu moins de 12’000 personnes ayant le droit de vote.

Le gouvernement a également décidé de poursuivre une autre expérience pilote, introduite l’année dernière: la traduction simultanée en langue des signes. À cet égard, l’exécutif a fait part de sa déception: «La Commission d’Etat (gouvernement) espère que l’offre sera plus utilisée que la dernière fois.»

Le premier visage du prochain parlement fédéral

Outre le vote sur divers objets, l’assemblée de citoyens sera appelée à élire deux membres du gouvernement cantonal et le nouveau conseiller des États, à savoir le représentant d’Appenzell Rhodes-Intérieures à la Chambre des cantons.

Plus
Ruedi Eberle

Plus

«Nous, les Appenzellois, sommes conservateurs mais cosmopolites»

Ce contenu a été publié sur Lorsqu’il était jeune, il a passé plusieurs étés à l’alpage. Là, il était aussi parfois sonneur de cloches. «Nous avons cette tradition lors des mariages; nous prenons de grandes cloches de vache sur le dos et nous les faisons sonner. C’est à l’une de ces soirées que j’ai rencontré ma femme», raconte Ruedi Eberle.  Le…

lire plus «Nous, les Appenzellois, sommes conservateurs mais cosmopolites»

Une élection qui se fera à main levée lors de la Landsgemeinde, qui n’a lieu qu’une fois par an, le dernier dimanche d’avril. Le sénateur d’Appenzell Rhodes-Intérieures est donc désigné avant ceux des autres cantons qui organisent désormais tous l’élection des parlementaires lors des élections fédérales qui se tiennent le 20 octobre prochain.

Candidature surprise

Le conseiller sortant Ivo Bischofberger ne réapparaitra pas pour un quatrième mandat à la Chambre des cantons. Les candidats à la succession du sénateur démocrate-chrétien sont deux membres de son parti: le landamman (président de l’exécutif) Daniel Fässler et l’ancien membre du gouvernement Thomas Rechsteiner.

Daniel Fässler, membre de la Chambre du peuple depuis 2012, a posé sa candidature en janvier dernier et semblait n’avoir aucun concurrent. Mais Il y a trois semaines, un groupement baptisé «Citoyens clairvoyants» a lancé la candidature de l’ancien ministre des finances Thomas Rechsteiner à travers une annonce publicitaire. Déclarant ne pas savoir qui se cache derrière la démarche, cet ancien membre de l’exécutif souligne qu’il acceptera son élection, le cas échéant.


Traduit de l’italien par Frédéric Burnand

Lecture approfondie

Les plus discutés

En conformité avec les normes du JTI

Plus: SWI swissinfo.ch certifiée par la Journalism Trust Initiative

Vous pouvez trouver un aperçu des conversations en cours avec nos journalistes ici. Rejoignez-nous !

Si vous souhaitez entamer une conversation sur un sujet abordé dans cet article ou si vous voulez signaler des erreurs factuelles, envoyez-nous un courriel à french@swissinfo.ch.

SWI swissinfo.ch - succursale de la Société suisse de radiodiffusion et télévision

SWI swissinfo.ch - succursale de la Société suisse de radiodiffusion et télévision