Deux belles stars aux Sommets de Gstaad

Anne-Sophie Mutter et Cecilia Bartoli: une affiche d'exception. (production Sommets de Gstaad) swissinfo.ch

La violoniste Anne-Sophie Mutter et la soprano Cecilia Bartoli sont les grandes artistes du 2ème festival hivernal de musique classique de Gstaad.

Ce contenu a été publié le 25 février 2002 - 08:49

«Beaucoup d'artistes ont été tellement heureux de venir se produire à Gstaad, lors de la 1re édition du festival, qu'ils en ont parlé à leurs agents et dans leur entourage», explique Ombretta Ravessoud, directrice marketing et finances des Sommets de Gstaad.

C'est ainsi que le pianiste Jean-Yves Thibaudet, qui est l'accompagnateur de la soprano Cecilia Bartoli et qui avait fait le concert de clôture de la 1re édition, a incité la superbe Italienne à venir chanter à Gstaad».

De même, l'agent pour la Suisse d'Anne-Sophie Mutter est parvenu à convaincre la grande violoniste allemande à venir jouer dans l'attrayante station de l'Oberland bernois.

Rêves vite réalisés

Il faut dire qu'à Gstaad, il y a un nombreux public de mélomanes. Et le cadre qu'offre le festival est chaleureux, discret et intimiste, puisque les concerts se déroulent dans l'église de Saanen et la chapelle de Gstaad.

«Pour tout organisateur, c'est un rêve de programmer de tels artistes», souligne Ombretta Ravessoud. D'autant que, par exemple, le planning d'Anne-Sophie Mutter est quasi complet jusqu'en 2006»!

«Anne-Sophie Mutter est la violoniste par excellence», note Ombretta Ravessoud. Brillante, elle incarne le violon d'une manière exceptionnelle. Dans le domaine vocal, Cecilia Bartoli est tout aussi unique. Avec cette merveilleuse présence et son charisme latin».

Mais il faut tout de même préciser que le comité d'organisation avait déjà songé, dès sa constitution en l'an 2000, à inviter ces deux grandes dames. Le festival a donc bien œuvré pour réaliser ses rêves.

Artiste suisse musulman

Un artiste suisse est à signaler tout particulièrement. Julien Jâlal Eddine Weiss s'est converti à l'Islam. Il est un spécialiste de l'instrument qânoun (sorte de viole). Actuellement, il habite en Syrie.

Et avec Omar Sarmini, ils vont interpréter poésie et musique arabes de l'époque médiévale. Autrement dit, ils vont ouvrir une porte sur l'amour courtois à l'époque du Moyen-Age dans le monde musulman. Concert original en perspective, qui donne au festival sa dimension pluriculturelle.

Les après-midi pour violonistes

En fait, cette 2e édition repose sur trois types de concerts. Outre ceux de 19h30 à l'église de Saanen (650 places), les nocturnes à 21h15 dans la chapelle de Gstaad donnent la possibilité à de jeunes artistes de venir interpréter une pièce originale de manière personnelle. Comme va précisément le faire Julien Jâlal Eddine Weiss, samedi soir.

C'est à cette même enseigne que, mardi soir, se produira Kirill Gerstein. Lui qui fut l'un des jeunes pianistes espoirs lors de la 1re édition et qui a gagné, depuis lors, le Premier Prix de piano Rubinstein à Tel-Aviv.

Comme pour Gerstein l'an passé, les Sommets de Gstaad réservent aux jeunes artistes des après-midi durant lesquels ils sont invités à faire leur preuve en la chapelle de Gstaad. Après les pianistes de l'an dernier, place cette année à huit violonistes, pressentis comme très prometteurs!

Emmanuel Manzi

Du 22 février au 2 mars.

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article