Navigation

Skiplink navigation

Le parlement vient à la rescousse de la Cinquième Suisse

Le Conseil national veut que PostFinance traite tous les Suisses sur pied d'égalité. Qu'ils vivent au pays ou à l'étranger. Keystone

Les Suisses de l'étranger devraient aussi pouvoir payer avec les cartes de crédit PostFinance. Presque unanime, le Conseil national a soutenu lundi une motion visant à garantir l'accès aux services de la banque postale aux mêmes conditions que celles pratiquées en Suisse. Le Conseil des Etats doit encore se prononcer.

Ce contenu a été publié le 11 septembre 2017 - 16:49

La commission responsable a déposé le texte après l'adoption de plusieurs résolutions des Suisses de l'étranger à ce sujet. PostFinance a en effet résilié toutes leurs cartes de crédit.

Une mesure «difficilement compréhensible», alors que d'autres banques autorisent toujours leur usage à l'étranger, a jugé, au nom de la commission, Tim Guldimann, premier élu de la cinquième Suisse au parlement. «Rien ne justifie non plus que les frais de gestion de compte puissent monter jusqu'à plus de 10 fois ce qui est demandé en Suisse pour les mêmes prestations», a ajouté le député Laurent Wehrli.

Cette mesure va à l'encontre de l'évolution de la mobilité internationale. Il est actuellement courant que des Suisses quittent le pays pour quelques années, avant d'y revenir. Pendant cette période, le maintien d'une relation bancaire est nécessaire.

Finalement, Tim Guldimann estime que PostFinance a une responsabilité particulière envers les citoyens suisses car elle appartient à la Poste, qui est elle-même détenue par la Confédération.

En Suisse non plus, les consommateurs n'ont pas automatiquement accès aux cartes de crédit de PostFinance. Il n'est pas justifié de soutenir en particulier les Suisses de l'étranger, a combattu en vain la ministre Doris Leuthard. Au final, la motion a été accepté par 178 voix contre 4.

Un vote que le communiqué de l’Organisation des Suisses de l’étranger (OSE) qualifie d’«historique». A mi-août, elle avait présenté une stratégie afin de faire cesser la discrimination dont les expatriés sont victimes vis-à-vis des banques. Gels d'avoirs, liquidation de comptes, suppression de cartes de crédit et refus de prestations sont le lot des Suisses de l'étranger depuis 2008. Les discussions avec les départements fédéraux concernés et les banques suisses n'ont pas permis jusqu’ici de trouver des solutions à l'amiable à ces problèmes.


Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article