L'OSR de Steinberg, novateur et ambitieux

Pour Pinchas Steinberg, la baguette plutôt que le violon depuis 1968. osr.ch

Le nouveau maestro de l'Orchestre de la Suisse Romande a présenté sa saison 2002/2003. Pinchas Steinberg a des ambitions internationales.

Ce contenu a été publié le 08 mars 2002 - 10:56

Le nouveau directeur artistique de l'Orchestre de la Suisse romande, Pinchas Steinberg a présenté la saison 2002/2003 en même temps que ses ambitions. «Avec l'OSR, je veux faire concurrence aux plus grands orchestres internationaux», a-t-il déclaré.

Le violoniste, qui a troqué son instrument contre une baguette dès 1968, a succédé à Fabio Luisi au poste de directeur artistique et musical de l'OSR depuis le début de l'année. «Cet orchestre possède un potentiel extraordinaire», a affirmé jeudi à Genève le nouveau maestro. Selon lui, «il peut atteindre un niveau international».

Mais il reste un long chemin à parcourir, a relevé M. Steinberg. «Et je n'y arriverai pas tout seul. Il faudra que les musiciens le veuillent bien.» Ce chef, né en Israël, a dirigé les orchestres les plus prestigieux, comme le Philharmonique de Berlin, l'Orchestre national de France ou encore l'Orchestre symphonique de Londres.

Rockin' OSR

Pinchas Steinberg a souligné la cohésion interne du programme 2002/2003. «J'ai mûrement réfléchi pour établir un lien thématique à l'intérieur de chaque concert», a-t-il expliqué. Le prochain répertoire comporte des surprises de taille... L'OSR interprétera notamment Duke Elligton et Elvis Presley!

L'OSR s'attaquera également à des oeuvres jamais jouées à Genève. Comme le concerto pour piano n 4 de Rachmaninov ou encore le concerto pour piano n 5 de Camille Saint-Saëns. «C'est incroyable de penser que ces pièces majeures n'ont jamais été jouées ici», s'est exclamé Pinchas Steinberg.

Le président de la Fondation de l'OSR, Metin Arditi, s'est pour sa part réjoui de la fréquentation en hausse enregistrée la saison dernière. «Les ventes des billets et des séries d'abonnements ont augmenté de 35 à 40%. Le taux d'occupation moyen des concerts au Victoria Hall était de l'ordre de 95 à 100%,» a-t-il indiqué.

La série «Mosaïque» proposera trois concerts de musique symphonique s'adressant à une très large audience, a relevé Metin Arditi. Tandis que la série «Ansermet» devrait combler les amateurs toujours plus nombreux de musique contemporaine.

Fondé par Ernest Ansermet

Fondé en 1918 par Ernest Ansermet, l'OSR s'est imposé comme un remarquable instrument de culture. D'abord formation régionale, l'orchestre s'est acquis une réputation nationale grâce aux ondes radiophoniques, puis internationale grâce à l'enregistrement discographique et aux tournées à l'étranger, dès 1945.

Avec une grande perspicacité, Ernest Ansermet avait su reconnaître le génie des grands compositeurs de son temps. Il a contribué à imposer sur les scènes internationales Claude Debussy, Maurice Ravel, Arthur Honegger, Igor Stravinsky, Sergueï Prokofiev, Béla Bartók, Bohuslav Martinu, Benjamen Britten et Frank Martin.

swissinfo avec les agences

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article