La maladie psychique progresse, le Valais s'adapte

Les institutions comme Domus, à Ardon (VS), accueillent des personnes souffrant de pathologies psychiques de plus en plus complexes, souvent accompagnées de problèmes physiques (photo d'illustration). KEYSTONE/GAETAN BALLY sda-ats

La maladie psychique progresse en Valais comme ailleurs en Suisse. La Fondation Domus à Ardon s'agrandit et proposera dix-huit places supplémentaires dès 2023 si tout va bien. Coût du projet: 8,7 millions de francs.

La maladie psychique ne cesse de progresser en Suisse depuis une quinzaine d'années. Selon l'Office fédéral des assurances sociales (OFAS), elle touche actuellement en Suisse 47% des personnes au bénéfice d'une rente AI, a indiqué jeudi devant la presse la fondation Domus, institution de réhabilitation psychosociale.

"Le profil des bénéficiaires a évolué", a précisé son directeur Philippe Besse. Le centre accueille de plus en plus de personnes souffrant de pathologies psychiques lourdes, auxquelles s'ajoutent souvent des problèmes physiques (diabète, hémiplégie, obésité,...), voire des addictions ou des problèmes dus à l'âge. Les personnes concernées n'ont leur place ni en hôpital psychiatrique ni dans une institution standard.

342 places au total

Les cantons doivent s'adapter à cette réalité et le Valais, dans sa planification 2017-2020, a estimé entre 26 et 36 le nombre de places d'hébergement supplémentaires nécessaires. Sur les quatre institutions valaisannes pouvant offrir un cadre adapté, trois voient leur capacité d'accueil augmenter.

Avec l'agrandissement du foyer d'Ardon de la Fondation Domus, le canton totalisera 342 places d'hébergement et respectera sa planification, a noté Jérôme Favez, directeur du service valaisan de l'action sociale. Dotée actuellement de 56 résidents (22 à Ardon et 34 à la Tzoumaz), la fondation Domus offrira 18 places supplémentaires, mais aussi des espaces de thérapie, d'activités et de loisirs pour les résidents et les personnes fréquentant le centre de jour, ainsi que pour le grand public.

42 bureaux d'architecture

Le début des travaux est prévu en automne 2020 et l'ouverture du foyer agrandi espérée pour 2023. Le coût du projet se monte à 8,7 millions de francs, financés à 70% par le canton, le reste par les communes valaisannes selon une clé de répartition.

Le concours d'architecture lancé en novembre 2018 a mobilisé 42 bureaux d'architectes et ingénieurs de France, d'Italie, d'Espagne et de Suisse. Le projet du bureau suter sauthier & associés sa a séduit "par les liens forts qu'il tisse avec le contexte villageois", et a remporté la mise.

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article