Le Festival Tibor Varga ouvre sans Heinrich Schiff

Outre les concerts, le Festival, c'est également une célèbre école de musique. amsion.ch

La 37ème édition du Festival démarre ce jeudi. Jusqu´au 7 septembre, une trentaine de concerts ont lieu dans des lieux magiques du Valais. Sans compter les épreuves publiques du concours international qui accueille une centaine de musiciens.

Ce contenu a été publié le 19 juillet 2000 - 19:14

Le Festival Tibor Varga débute malheureusement avec une mauvaise nouvelle pour les mélomanes. Le principal invité de cette 37ème édition, Heinrich Schiff, s'est blessé récemment à la main gauche. Le violoncelliste se contentera donc de diriger l'orchestre du concert d'ouverture.

Deux autres concerts avec Heinrich Schiff ont d'ores et déjà été annulés, ceux du 27 et 28 juillet, où le grand maître devait jouer principalement du Bach après deux exceptionnelles Master classes publiques. On se contentera d'espérer que le violoncelliste soit guéri d'ici la fin août où il doit se produire encore à plusieurs reprises.

Comme chaque année depuis plus de 30 ans, le Festival Tibor Varga anime merveilleusement le Valais. Au-delà de concerts de grande qualité, les festivaliers ont le bonheur de découvrir un endroit de rêve. Il est vrai que les concerts vous emmènent dans des lieux enchanteurs: l'église des Jésuites, la cathédrale ou le château à Sion. Et pour découvrir la région, rendez-vous est donné à Montana, à Zermatt, à Riddes, à Morgins, à Fully, à Savièse, à Martigny.

Outre les concerts, il ne faut pas négliger l'importance du Concours International de Violon Tibor Varga qui se déroule cette année du 10 au 18 août. Une centaine de candidats venus du monde entier rivaliseront.

Enfin, l'Académie de Musique de Sion, l'une des plus réputées d'Europe, accueille jusqu'au 20 août quelque 400 élèves de tous horizons. Et les cours ne sont pas destinés exclusivement aux violonistes. Des grands maîtres d'instruments à corde certes, mais aussi d'instruments à vent, d'orgue, de piano ou de chant viennent transmettre leur savoir.

Bref, avec le festival Tibor Varga, l'été en Valais s'annonce un vrai régal, non plus seulement pour les randonneurs, mais aussi pour les amateurs de musique classique.

Catherine Miskiewicz

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article