Mario Corti veut simplifier les structures de SAirGroup

Mario Corti (à droite) s'exprime dans l'émission de débat «Arena» de la télévision alémanique. Keystone

Le nouvel homme fort de SAirGroup a déclaré vendredi soir qu'il avait l'intention de simplifier les structures «trop compliquées» du groupe. Il entend aussi assumer sa double casquette de directeur de la société et de président du conseil d'administration.

Ce contenu a été publié le 17 mars 2001 - 13:20

Les structures actuelles du SAirGroup devraient être repensées fondamentalement, a déclaré Mario Corti sur le plateau de l'émission «Arena» de la télévision alémanique DRS. Selon lui, le groupe est segmenté en un trop grand nombre de niveaux.

Celui que les milieux économiques voient comme l'homme providentiel a par ailleurs admis que la communication de l'entreprise devait être améliorée. Pour sortir SAirGroup de la crise, Mario Corti a ajouté avoir des objectifs clairs et a promis qu'il ne reculerait pas devant des décisions radicales.

Mais il est toutefois resté muet sur les conséquences qu'auront ces mesures de redressement sur le personnel de l'entreprise. Par ailleurs, le nouveau président s'est dit favorable à la réunion des compagnies Swissair et Crossair, mais sans que cela ne conduise à la disparition de cette dernière.

A propos des difficultés financières du groupe, Mario Corti a encore relevé qu'il entendait sortir de la crise actuelle sans l'aide de l'Etat. Il ne fera donc pas le pèlerinage de Berne pour frapper à la porte du chef du Département fédéral des transports, Moritz Leuenberger.

Enfin, le nouveau président n'a pas exclu que le nom du groupe soit changé sous l'étiquette unique de «Swissair». Au Téléjournal, il a encore évoqué une éventuelle séparation avec la compagnie belge Sabena, mais sans que rien ne soit encore décidé.

swissinfo avec les agences

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article