Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

SWISS PRESS PHOTO AWARDS 2019 L’art du photographe – en dehors du cadre

Hand holding mobile phone with laughing faces and a nosy photographer in the middle

Quel est le rôle du photographe dans le tableau général?

(© Nicolas Brodard)

A la seconde où vous lisez ceci, des millions, voire des milliards de photos sont prises et publiées sur le web. Mais dans ce monde inondé d’images, le photographe suisse Michael von Graffenried continue à croire que le travail des professionnels est indispensable.

A travers le Swiss Press Photo AwardsLien externe, Michael von GraffenriedLien externe souligne la valeur du photojournalisme. C’est à son initiative que ce prix annuel a vu le jour il y a près de 30 ans pour mettre en avant la puissance de l’image dans les reportages.

Les lauréats 2019, annoncés lors d'une cérémonie de remise des prix à Berne le 24 avril, ont été choisis pour leurs différentes approches de la couverture d’une histoire, qu’il s’agisse d’un incendie en ville de Bâle, d’une société de Saint Nicolas ou de ce que cela fait d’être président de la Confédération suisse.

Au journaliste de swissinfo.ch Eduardo Simantob, Michael von Graffenried explique ce qu’il faut pour avoir une image choisie comme photo de presse de l’année et comment les professionnels peuvent rester pertinents dans le monde actuel.

Michael von Graffenried est né à Berne en 1957. Il attire l’attention du public tôt dans sa carrière avec le scandale provoqué par ses photos de politiciens dormant ou piquant du nez pendant les sessions du Parlement suisse.

Dans les années 80, il élargit son champ d’action avec la publication de livres illustrésLien externe qui montrent une Suisse qu’en général on ne veut pas voir, comme Swiss Image. C’est l’époque de la scène ouverte de la drogue à Zurich. «Par-dessus tout, ce sont les gens qui m’intéressent». Il explique à la rédactrice en chef de swissinfo.ch Larissa M. Bieler comment cela l’a mené à son reportage photo nommé COCAINELOVE.

Son travail le plus connu, il l’a réalisé sur plusieurs années, en Algérie. Pendant plus d’une décennie, il a documenté la guerre civile des années 1990, continuant à photographier après que tous les autres reporters étrangers étaient partis. Il a souvent cadré ses images de manière inhabituelle, en plaçant son appareil au niveau de la poitrine.

Au sujet des lauréats des Awards de cette année, Michael von Graffenried explique qu’une partie de ce qui sépare le professionnel de l’amateur, c’est le dur travail que doit accomplir le photographe avant chaque cliché – qu’il s’agisse de braver une guerre ou une catastrophe naturelle ou de gagner la confiance de la personne que l’on va photographier.

Il insiste aussi sur l’importance du contexte, qui transporte le spectateur vers une autre réalité en même temps qu’il défie ses croyances et ses perceptions.

Les Swiss Press Photo Awards cette année, ce sont 18 lauréats, répartis en six catégories (actualité, vie quotidienne, histoires suisses, people, sports et monde).

Michael von Graffenried

Les Swiss Press Photo Awards ont été créés en 1991, à l’initiative du fameux photographe suisse Michael von Graffenried, descendant de la famille qui possédait alors le groupe Espace Media – parrain des Awards. Quand l’entreprise a été vendue au groupe Tamedia en 2008, Charles von Graffenried (père de Michael) et l’industriel Erwin Reinhardt ont créé la Fondation Reinhardt von Graffenried, qui organise les Awards depuis lors.

(swissinfo.ch)



(Traduction de l’anglais: Marc-André Miserez)

Mots clés

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.