Navigation

Une satire sur l'immigration toujours actuelle 40 ans après

«Les Faiseurs de Suisses» est un des plus gros succès du cinéma suisse de tous les temps. Rolf Lyssy, scénariste et réalisateur de cette satire sur l’immigration, explique pourquoi le film a si bien marché et pourquoi il résiste encore à l’épreuve des ans. (Carlo Pisani, swissinfo.ch)

Ce contenu a été publié le 09 mars 2016 - 13:24
Carlo Pisani, Zurich

Quand «Les Faiseurs de Suisses» est sorti en salles, pratiquement un Helvète sur cinq l’a vu, ce qui en fait un des plus gros succès publics du cinéma suisse.

Rolf Lyssy, qui vient d’avoir 80 ans, a reçu swissinfo.ch à son domicile à Zurich. Il revient sur la manière dont cette œuvre de fiction se moque du traitement que les autorités infligeaient aux étrangers candidats à la naturalisation et constate que son film est toujours actuel, avec les dilemmes que pose aujourd’hui l’immigration.

Inspirée par une pratique qui n’a pas fondamentalement changé en près de 40 ans, l’histoire est celle de deux policiers en civil qui enquêtent sur la vie quotidienne des étrangers ayant demandé le passeport rouge à croix blanche. Parmi leurs «victimes» figurent un psychiatre allemand, une charmante danseuse yougoslave et un pâtissier italien.

Le duo est formé de l’incorruptible Max Bodmer et de son jeune et nouvel acolyte Moritz Fischer. Pour le réalisateur, il incarne deux visions opposées du monde et des migrants. D’un côté, il y a les Bodmer, qui voient le pire en chacun et ont des idées rigides sur ce que chaque personne doit faire pour s’adapter. Et de l’autre, il y a les Fischer, moins bornés et plus ouverts à la différence et au changement.

Même si Rolf Lyssy croit que ces deux personnages correspondent toujours à une réalité, il admet que les gens qui cherchent refuge en Suisse ont changé depuis l’époque où l’immigration était essentiellement européenne. Aujourd’hui, les différences culturelles placent la société suisse face à de nouveaux défis.

Contactez l’auteur de cette interview sur twitter @carlopisani

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article

Joignez-vous à la discussion

Avec un compte SWI, vous avez la possibilité de faire des commentaires sur notre site web et l'application SWI plus.

Connectez-vous ou inscrivez-vous ici.