Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Nouveau round dans le procès Swissair

Les procueurs Hanspeter Hirt (à gauche) et Christian Weber veulent aller au bout de leur démarche.

(Keystone)

Le Ministère public du canton de Zurich a annoncé mercredi qu'il fera recours auprès du Tribunal cantonal contre l'acquittement prononcé en première instance dans le procès Swissair.

Jeudi dernier, les 19 ex-responsables de la compagnie aérienne qui se trouvaient sur le banc des accusés avaient été blanchis. Ils s'étaient en outre vu accorder une importante indemnité.

Malgré son échec sur toute la ligne en première instance, le Ministère public zurichois ne s'avoue pas vaincu. Un rebondissement reste donc possible dans ce qui apparaît d'ores et déjà comme le plus grand procès de l'histoire économique suisse.

Invoquant son devoir de diligence, le Ministère public s'est en effet décidé à «porter l'affaire auprès du Tribunal cantonal de Zurich», a indiqué mercredi le procureur cantonal zurichois Christian Weber dans un communiqué.

Le Ministère public va néanmoins attendre les considérants écrits du verdict pour décider s'il maintient son appel sur tous les points contestés, a-t-il précisé. Selon une porte-parole du tribunal de district de Bülach - lequel a jugé la cause en première instance - ceux-ci sont attendus pour juillet ou août.

Echec du parquet

Lors du verdict rendu le 7 juin dernier, le Ministère public s'était vu complètement désavoué par le tribunal de district de Bülach. Celui-ci a en effet acquitté tous les inculpés et leur a aussi alloué des dédommagements à hauteur de 3 millions de francs.

Le dernier patron de Swissair, Mario Corti - le seul accusé qui risquait la prison ferme - a par exemple reçu une indemnité de 488'000 francs. Ceci alors que le Ministère public avait requis entre six mois et 28 mois de prison contre les accusés, ainsi que des peines pécuniaires élevées.

Tous les inculpés, au rang desquels notamment l'ancien président du conseil d'administration Eric Honegger, l'ancien patron de Swissair Philippe Bruggisser, le milliardaire Thomas Schmidheiny, le banquier genevois Bénédict Hentsch, la politicienne zurichoise Vreni Spoerry ou encore l'ex-président d'economiesuisse Andres Leuenberger, avaient plaidé non coupables.

Membres de l'élite économique de la Suisse des années 90, ils devaient répondre, entre autres, de gestion déloyale, gestion fautive, faux renseignements sur des entreprises commerciales et faux dans les titres.

Le prix du procès

Le jugement, en particulier le montant des dédommagements, a suscité une vague de protestation dans les médias et dans les milieux politiques suisses. Le prix du procès a aussi défrayé la chronique.

Pour mémoire, l'instruction pénale a coûté entre 4 et 4,5 millions de francs, dont 2 millions ont servi à financer des expertises externes. Ce montant ne comprend pas les salaires du personnel administratif voué à l'instruction.

Les accusés sereins

Du côté des accusés, plusieurs d'entre eux ont réagi avec sérénité et circonspection à l'annonce du recours des procureurs zurichois. «C'est l'affaire du Ministère public, je n'en dirai pas plus», a laconiquement déclaré Eric Honegger.

L'avocat de Mario Corti n'a quant à lui pas souhaité faire de commentaires. Enfin le défenseur de Philippe Bruggisser a affirmé ne pas être surpris par la décision du Ministère public. Si une audience devant le tribunal cantonal devait avoir lieu, il a indiqué qu'il plaidera à nouveau l'acquittement.

Le tribunal cantonal zurichois part du principe que l'audience de recours dans l'affaire Swissair peut avoir lieu avant la mi-2008. «Nous nous efforcerons d'y parvenir», a déclaré à Anton Schärer, secrétaire général adjoint à la chancellerie de la Cour suprême zurichoise. Cet élément est d'importance, car certains délits seront frappés de la prescription à cette date.

swissinfo et les agences

En bref

La faillite de Swissair a été la plus importante de l'histoire économique suisse. Il s'agit aussi de l'une des plus grandes débâcles économiques au niveau européen.

Près de 4 milliards d'argent public et privé ont été injectés pour tenter de sauver la compagnie en banqueroute. Elle survivra en partie dans Swiss, issue d'une fusion de Swissair et de la compagnie régionale suisse Crossair en 2002.

La débâcle de Swissair a occasionné la perte de 9000 postes de travail.

Lors de la phase de liquidation, 13'000 créanciers ont déposé des demandes de recouvrement pour une somme totale de quelque 49 milliards de francs. Le liquidateur a reconnu la validité des demandes à hauteur de 9,7 milliards, mais 1,6 milliard seulement était à disposition.

Fin de l'infobox


Liens

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

×