Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

BAROMÈTRE ÉLECTORAL Le réchauffement climatique favorable au Parti des Verts

People on a fitness trail in a forest

Les questions de santé et d'environnement semblent aujourd'hui plus importantes pour les électeurs que l'immigration et l'indépendance de la Suisse.

(Keystone/Anthony Anex)

Le parti écologiste pourrait gagner du terrain lors des élections législatives de 2019 aux dépens de la droite, selon le dernier Baromètre électoral de la SSR. Les principales préoccupations du public sont la sécurité sociale et les questions environnementales. A l'exception des Suisses de l'étranger, inquiets du blocage entre Berne et Bruxelles.

Sur les 8 principaux partis politiques représentés au Parlement suisse, l’UDC (droite souverainiste) serait toujours en tête avec 27,4% des suffrages, si les élections fédérales (législatives) avaient lieu aujourd’hui, un an avant le scrutin. Mais le parti de Christophe Blocher perdrait près de 2% des voix par rapport aux élections de 2015.

Le perdant serait le PDC (démocrate-chrétien, centre-droite) qui semble poursuivre son déclin, selon Michael Hermann de l'institut de recherche Sotomo, dont le sondage a été réalisée pour le compte de la Société suisse de radiodiffusion (SSR, dont fait partie swissinfo.ch).

Les deux principaux gagnants seraient les Verts et le Parti libéral-radical (PLR, droite).

Graphique du baromètre électoral 2018
(Institut Sotomo)

Michael Hermann estime qu'il est quelque peu surprenant que le PLR, traditionnellement lié au monde des affaires, s'en sorte si bien alors que les électeurs se préoccupent principalement de la réforme de la prévoyance vieillesse et des coûts croissants de l'assurance maladie obligatoire.

«La force du PLR est probablement le résultat des faiblesses des autres partis politiques du centre et de la droite», explique Hermann.

L’UDC risque de perdre des électeurs, car son programme traditionnel de lutte contre l'immigration et d'indépendance de la Suisse n'est pas, à ce stade, une préoccupation majeure des citoyens, tandis que les chrétiens-démocrates cherchent à inverser leur déclin entamé il y a plus de 40 ans, selon l'institut de recherche Sotomo.

«Le Parlement suisse pourrait donc glisser légèrement vers la gauche», déclare M. Hermann.

Baromètre des élections

Le Baromètre électoral SSR est un sondage en ligne réalisé par l'institut de recherche Somoto à Zurich.

La deuxième des six enquêtes est basée sur des données valides provenant de 12’179 répondants, dont 546 Suisses de l'étranger. Elle s'est déroulée du 13 au 18 septembre.

La marge d'erreur est de +/- 1,5% selon l’institut SotomoLien externe.

L'institut de recherche zurichois produit les sondages pour le compte de la Société suisse de radiodiffusion (SSR) à l'approche des élections législatives du 20 octobre 2019.

Fin de l'infobox

Si la tendance se confirme, le résultat des élections de 2015 sera inversé. Dans le même temps, le centre politique perdrait plus de terrain qu'en 2011.

Le centre-droit et la droite (PLR) détiennent actuellement une faible majorité de 101 sièges à la Chambre du peuple (Conseil national) qui en compte 200. Au Sénat (Conseil des Etats), qui compte 46 sièges, le centre gauche dispose d'une nette majorité.

Les Suisses de l’étranger également sondés

Pour la première fois, l'enquête a inclus des informations provenant des Suisses de l'étranger. Le sondage a révélé que les principales préoccupations des expatriés interrogés sont les relations de la Suisse avec l'Union européenne (UE) (47%), avant le réchauffement climatique (35%), la réforme de la prévoyance vieillesse (33%) ainsi que les questions d'assurance maladie (26%).

Les résultats diffèrent de ceux des résidents suisses et il fallait s'y attendre, selon Hermann, car la plupart des Suisses expatriés vivent dans les pays membres de l'UE.

En ce qui concerne les préférences politiques des expatriés, l’UDC arrive en deuxième position (21%) derrière les socialistes (24%) mais devant le PLR (19%).

M. Hermann rappelle que les principales préoccupations des citoyens peuvent changer au cours des 12 prochains mois.

Mais, selon lui, la prochaine élection de deux nouveaux ministres en décembre prochain n'aura probablement pas d'impact majeur sur la campagne des élections législatives de 2019.

Il ajoute que les pourcentages actuels sont significatifs pour le poids d'un parti politique et ont une base scientifique solide. Le prochain sondage commandé par la SSR est prévu pour février prochain.


Traduit de l'anglais par Frédéric Burnand, swissinfo.ch/urs

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.