Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Moins de cas de sida que prévu

Selon les nouvelles données, près de 2,5 millions de personnes sont porteuses du virus du sida en Inde.

(Keystone)

Selon de nouvelles estimations du Programme commun des Nations Unies contre le sida (ONUSIDA), le nombre de nouvelles infections est en diminution. Le nombre de personnes infectées s'élève à 33,2 millions.

En Suisse près de 25'000 personnes vivent avec le virus et aucune hausse du nombre des infections n'est attendue pour l'ensemble de l'année.

L'ONU a reçu de nouvelles données qui font apparaître une baisse du nombre des infections, des décès et des personnes vivant avec le virus du sida.

Cette amélioration résulte aussi des programmes lancés par la communauté internationale, a expliqué ONUSIDA.

Le nombre de nouvelles infections cette année est tombé à 2,5 millions contre 4,3 millions de personnes l'an dernier. L'ONU recense par ailleurs 2,1 millions de décès provoqués par le sida, contre 2,9 millions l'an dernier. Le nombre total de personnes vivant avec le virus est passé de 39,5 millions en 2006 à 33,2 millions cette année.

Nouvelle méthodologie

ONUSIDA explique que cette nouvelle évaluation est surtout la conséquence d'une révision des estimations en Inde et dans cinq pays africains.

Si la même méthodologie avait été appliquée l'an dernier, le nombre de personnes vivant avec le virus aurait été, non pas de 39,5 millions, mais de 32,7 millions en 2006.

Les experts de l'ONU en concluent que le nombre de personnes touchées par la maladie a donc légèrement augmenté d'une année sur l'autre (de 32,7 à 33,2 millions), si l'on tient compte des mêmes critères d'évaluation.

Cette augmentation résulte des nouvelles infections en même temps que de l'impact des médicaments antirétroviraux qui prolongent la vie des patients. L'ONU souligne donc que l'épidémie a atteint son point culminant à la fin du siècle dernier.

Retour sur investissement

«Incontestablement, nous sommes en train d'assister à un retour sur investissement», a déclaré le Dr Peter Piot, directeur exécutif d'ONUSIDA. Mais il a mis en garde contre tout relâchement dans la lutte contre l'épidémie.

L'Afrique subsaharienne continue de concentrer l'essentiel des malades, avec les deux tiers des nouvelles infections (1,7 million). Elle enregistre aussi les trois quarts des décès. Environ 22,5 millions de personnes vivent en Afrique avec le virus du sida, soit 68% de la population mondiale affectée.

La hausse est la plus forte en Europe de l'Est et en Asie centrale, où l'accroissement dépasse les 150% depuis 2001. La Russie (66%) et l'Ukraine (21%) concentrent le plus grand nombre de nouvelles infections.

En Asie, 4,9 millions de personnes vivent avec le virus, dont 440'000 nouvelles infections en un an. Près de 2,5 millions de personnes sont infectées en Inde.

Dans les pays industrialisés, 2,1 million de personnes vivent avec le virus. L'ONU a recensé 78'000 nouvelles infections et 32'000 décès en un an, soit une légère hausse par rapport aux 65'000 infections et aux 30'000 décès annoncés l'an dernier. La hausse est plus marquée en Europe qu'en Amérique du Nord.

Très peu de données sont disponibles pour le Proche-Orient. Dans cette région, l'ONU évalue à 35'000 les nouvelles infections avec 25'000 décès cette année et un total de 380'000 personnes contaminées.

25'000 malades en Suisse

En Suisse, environ 25'000 personnes vivent avec le virus. Au cours du premier semestre de l'année, le nombre d'infections recensées a été pratiquement identique à celui des six premiers mois de 2006, soit 333 cas contre 337, selon l'Office fédéral de la santé publique (OFSP).

Aucune hausse du nombre des infections n'est attendue pour l'ensemble de l'année en Suisse. Les homosexuels restent les plus touchés par la maladie. La consommation de drogues par injection a diminué et en même temps réduit les risques de transmission, selon l'OFSP.

swissinfo et les agences

VIH

Le syndrome de l'immunodéficience acquise, plus connu sous son acronyme sida correspond à la destruction des cellules du système immunitaire par un rétrovirus.

Lorsque l'infection progresse, le système immunitaire s'affaiblit et devient la cible des maladies dites opportunistes. Une personne infectée peut mettre entre 10 et 15 ans avant de développer le syndrome d'immunodéficience acquise. Les médicaments antirétroviraux sont à même de freiner le processus de développement.

Selon les Nations-Unies, près de 33,2 millions de personnes vivent avec le virus du sida sur la planète. L'an dernier, 2,9 millions en sont mortes.

Fin de l'infobox


Liens

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.