Soleure: le cinéma suisse sous les projecteurs

Les Journées de Soleure présentent des travaux d'écoles du cinéma, comme ici Victor le vampire de Thomas Gerber. Journées de Soleure, www.srv2.picturepark.ch

Coup d'envoi, lundi à Soleure, des 40e Journées cinématographiques. Qui nous proposent, cette année, quelque 180 productions du cinéma suisse.

Ce contenu a été publié le 21 janvier 2005 - 14:10

Parallèlement, la manifestation consacre une rétrospective à Bruno Ganz et s’attarde sur la production cinématographique des pays de l’ex-Yougoslavie.

Année après année, Soleure est devenu le rendez-vous des passionnés du 7e art. Cinéastes, distributeurs, producteurs et des invités des quatre coins de la planète viennent y découvrir les oeuvres des créateurs qui vivent et travaillent en Suisse.

Les Journées de Soleure souffleront cette année leurs 40 bougies. «Les journées cinématographiques n’ont pas seulement crû en âge mais aussi en taille et elles ont pris quelques rondeurs», déclare à swissinfo Ivo Kummer, directeur de la manifestation.

«Ce qui était au départ une simple rencontre autour du film suisse est devenu aujourd’hui un véritable festival sur toute une semaine, poursuit-il. Des 11 films présentés dans les premières années, nous en comptons 180 pour le seul Panorama Suisse

TV et cinéma ensemble

Dans Panorama Suisse, les Journées de Soleure présenteront des films suisses réalisés durant l’année écoulée: des productions télévisuelles et cinématographiques de tout genre et de toutes les régions linguistiques. «Nous sommes le miroir de toute la production cinématographique suisse», affirme non sans fierté Ivo Kummer.

Les Journées de Soleure s’ouvriront sur Die Vogelpredigt oder Das Schreien der Mönche, le film de Clemens Klopfenstein, et se clôtureront sur le documentaire Dimitri – Clown du Thurgovien Friedrich Kappeler.

Verflixt verliebt, le premier long-métrage du jeune cinéaste zurichois né en 1975, est déjà à l’affiche. Cette comédie est également nominée pour le Prix du cinéma suisse, décerné depuis 1998 aux Journées de Soleure.

La remise des prix: un événement mondain

«La remise des prix est l’événement le plus mondain que connaissent les Journées de Soleure», déclare Ivo Kummer. Cette cérémonie est très bonne pour l’image de la manifestation et pour le film suisse en général.

«La remise d’un prix nous permet d’atteindre des personnes qui ne suivent pas forcément l’actualité du film suisse ni la politique en matière du cinéma», précise encore le directeur.

Soleure, un tremplin

Au départ, les journées de Soleure devaient permettre d’offrir aux jeunes cinéastes un moyen de se faire connaître, d’obtenir des moyens financiers et de se former. Cette vocation des débuts est restée.

«Cette rencontre offre un tremplin aux metteurs en scène et aux créateurs qui présentent une œuvre pour la première ou la deuxième fois. Elle est importante pour leur carrière», déclare Ivo Kummer.

«C’est aussi la raison pour laquelle nous montrons des productions réalisées par les jeunes diplômés des écoles de cinéma», dit encore le directeur.

Large public

Quarante ans: tel est l’âge moyen des visiteurs des Journées du Soleure. «Nous avons un très bon mélange entre les générations», affirme le directeur. 12% des visiteurs ont moins de vingt ans, 12% plus de 60 ans. Les 20-30 ans prédominent d’une courte tête avec 20%.

Pour Ivo Kummer, «le public qui vient à Soleure est intéressé par le cinéma et voit dans le film le baromètre d’une société et d’un pays. Ce sont donc des gens qui ont une sensibilité politique.»

Et les gens viennent en masse: l’année dernière, les organisateurs ont enregistré le beau chiffre de 40'000 entrées.

Incarnation de Hitler

Ivo Kummer est particulièrement heureux de présenter une rétrospective consacrée à Bruno Ganz.

Le visiteur pourra découvrir toutes les facettes de l’acteur dans une douzaine de films, dont La chute où Bruno Ganz joue Adolf Hitler et qui est un succès commercial. Ganz sera également présent à Soleure. «Etablir le programme des Journées avec lui, quel beau cadeau pour notre anniversaire», confie Ivo Kummer.

Outre cette rétrospective, le visiteur pourra découvrir dans le cadre d’Invitation, les productions des Etats de l’ancienne Yougoslavie (Bosnie-Herzégovine, Croatie, Slovénie et Serbie-Monténégro).

Après le Québec, la Belgique et la Pologne, Invitation veut montrer comment la création cinématographique s'est développée dans ces pays, dix ans après l’Accord de paix de Dayton.

Car, si les Journées de Soleure tournent essentiellement autour du film suisse, «pour nous, il est très important de jeter un regard au-delà de nos frontières», insiste Ivo Kummer.

swissinfo, Philippe Kropf
(Traduction de l’allemand Bertrand Baumann)

Faits

40e Journées de Soleure:
24.01.2005 – 30.01.2005
386 films présentés
179 films suisses
77 documentaires et fictions
8 films d’art et d’essai
17 films d’animation
78 films dans des programmes particuliers
Total de 13'906 minutes

End of insertion

En bref

- Les Journées présentent les productions du film suisse pour l‘année écoulée.

- Le mardi sera décerné le prix du cinéma suisse.

- Les films primés dans les catégories «meilleur film de fiction» et «meilleur documentaire» remportent chacun 60'000 francs.

- Le prix du meilleur court-métrage et film d’animation est doté de 30'000 francs.

End of insertion

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article