Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Zurich - En Suisse, 90% des vaches n'ont plus de cornes. L'association KAGfreiland a lancé un cri d'alarme mardi à Zurich. Pour cette organisation alémanique de protection des animaux d'élevage, couper les cornes d'une vache est de la cruauté.
Sur les emballages de lait, les vaches ont toujours des cornes. Mais la réalité est tout autre, souligne Roman Weibel, directeur de KAGfreiland. Chaque année, 200'000 vaches sont décornées en Suisse. Seule une bête sur dix conserve ses cornes.
Elles sont enlevées pour des questions de sécurité. Les cornes constituent un danger pour les hommes et pour les animaux, selon les éleveurs. L'étable type définie par la Confédération n'est pas adaptée aux animaux avec des cornes, constate KAGfreiland.
EconomiesPour l'association alémanique, la sécurité n'est qu'un prétexte. En fait, les éleveurs enlèvent les cornes des vaches pour économiser de l'argent et du temps. Une vache sans corne prend moins de place et exige moins de soins.
Pour KAGfreiland, il est tout à fait possible de garder en étable des vaches avec des cornes. L'association publie sur internet une liste de 40 éleveurs qui ne décornent pas leurs bêtes (www.kag.ch).
Pour le juriste Gieri Bolliger, directeur de la Fondation pour l'animal dans le droit, décorner viole la dignité de l'animal. Cela constitue donc une infraction à la loi sur la protection des animaux, estime-t-il.
Stress et douleursPour enlever les cornes, on les brûle. Cette opération n'est autorisée en Suisse que sous anesthésie. Elle stresse la bête et lui inflige des douleurs, souligne le vétérinaire Adrian Steiner, de l'Université de Berne.
L'Union suisse des paysans (USP) a réagi. Si les vaches à cornes se font rares, "paradoxalement, c'est précisément l'exigence d'une détention plus respectueuse réclamée par les milieux de protection des animaux qui y a largement contribué", souligne l'USP.
Les cornes "n'étaient pas trop gênantes" dans les étables à stabulation entravée. Aujourd'hui, les étables en stabulation libre et la détention au pâturage est la norme. Il en découle des luttes entre les bêtes qui peuvent se blesser avec leurs cornes.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS