Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les socialistes vaudois ne présenteront pas de candidats à l'élection complémentaire au Conseil d'Etat du 27 novembre. Vendredi soir lors d'un congrès extraordinaire, ils ont décidé à l'unanimité de soutenir la candidate des Verts Béatrice Métraux.

L'accord intervient après plus d'une semaine de négociations, a déclaré Cesla Amarelle, présidente du PS vaudois. Après l'annonce du retrait de François Marthaler, il est légitime que les Verts posent leur candidature pour assurer une présence écologiste au gouvernement, a-t-elle relevé.

Le soutien du PS est lié à une participation loyale des Verts à l'élaboration d'une liste commune pour l'élection au gouvernement en 2012, qui permet de proposer une alternative à la majorité de droite.

Dépend des élections

Le nombre de candidats verts et socialistes sur cette liste dépendra des rapports de force révélés lors de l'élection au Conseil national du 23 octobre, a précisé Mme Amarelle. Sous réserve de ces résultats, le PS ambitionne de lancer trois candidatures au Conseil d'Etat en 2012.

Avant de parvenir à cet accord, le comité a travaillé sur plusieurs scénarios, a expliqué la présidente. Il a pris contact avec l'indépendant Daniel Rossellat qui aurait pu rallier les suffrages des Verts et du PS. L'option a dû être écartée suite à son renoncement.

Gauche unie

A l'interne, malgré des demandes insistantes auprès de plusieurs personnalités, aucune ne s'est portée candidate. "Nous avons par la suite développé la réflexion avec les alliés pour construire le scénario le plus efficace pour les cantonales".

La principale intéressée Béatrice Métraux a souligné devant le congrès que l'alliance des deux partis permettra de porter une nouvelle forme de gouvernance. A court terme, il s'agit de faire barrage à tout prix à l'UDC qui fait de la xénophobie son fonds de commerce.

"Si je suis élue, nous serons à quatre à trois au gouvernement, même si ce n'est que pour six mois. C'est une manière de préparer en douceur le vrai changement de majorité au gouvernement", a-t-elle déclaré. La candidate désormais unique de la gauche a été longuement applaudie.

ATS