Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Zep couronné à Angoulême

Déjà consacré par quatre timbres de la Poste, Zep accède aux sommets de la BD.

(Keystone Archive)

Lauréat du Grand Prix 2004 de la ville d'Angoulême, Zep, le créateur de Titeuf, n'a caché ni son émotion ni sa surprise.

Le Genevois rejoint ainsi le panthéon des grands noms de la BD récompensés à Angoulême, comme Loisel, Moebius, Bilal ou Gotlib.

En décernant sa récompense «à un artiste complet parfaitement emblématique des jeunes générations d'auteurs», le jury a choisi de mettre à l'honneur «les nouveaux territoires de la bande dessinée, tout en saluant un phénomène d'édition d'une envergure exceptionnelle», indique le communiqué de la manifestation.

Zep, alias Philippe Chappuis, succède ainsi à Régis Loisel, le dessinateur de «Peter Pan», lauréat de l'édition 2003 du plus important festival européen de bande dessinée.

Le dessinateur genevois n'a pas caché son émotion dimanche, affirmant qu'il ne s'attendait pas du tout à cette récompense.

«Trop jeune»

«C'est un prix qui récompense l'ensemble d'une carrière et je pensais que j'étais encore un peu jeune. Mais peut-être que je ne réalise pas encore que j'ai vieilli!», a-t-il déclaré sur les ondes de la Radio suisse romande, se disant encore «très ému».

Titeuf, la petite terreur des cours de récréation à la houppette en forme de plume blonde, est né en 1992. A l'origine, le personnage n'est autre que Zep lui-même, tel qu'il s'est auto-crayonné sur un carnet de croquis.

Le dessinateur débute à cette époque pour le fanzine «Sauve qui peut», série de planches autobiographiques où il met en scène ses souvenirs d'enfance, avec à la clé un projet d'album.

Les éditions Glénat vont concrétiser l'entreprise en publiant le premier Titeuf, «Dieu, le sexe et les bretelles», en 1993.

L'école et le sexe

De cette orientation autobiographique, Titeuf glisse rapidement vers la chronique humoristique et acérée de l'enfance: l'école, les bêtises, les copains, la famille et, bien sûr, le sexe.

«Zep avait ainsi trouvé, pour de bon, tout à la fois son style graphique et son registre narratif», indique l'Académie des Grands Prix dans le communiqué annonçant le millésime 2004. «Dès lors, l'expressivité et le dynamisme de l'auteur comme de son personnage vont faire merveille.»

Très rapidement, la diffusion des aventures de Titeuf gagne en ampleur, sa notoriété suit une courbe exponentielle. De quelques milliers d'exemplaires à l'origine, les tirages se mesurent bientôt en dizaines, puis en centaines de milliers d'unités.

La «Titeufmania» ravage les préaux: pas un enfant francophone en âge de lire ignore les expressions fleuries de leur héros favori, telles que «T'es vraiment un pôv connard du zizi sexuel».

«Tels sont la force et le talent de Zep: savoir traiter concrètement, sans fard ni tabous, de tous les sujets intéressant vraiment les enfants, avec des mots et un langage qui sont réellement les leurs», poursuit le jury d'Angoulême.

Produits dérivés

Aujourd'hui, avec neuf volumes parus en dix ans, plus de cinq millions d'albums des aventures de Titeuf ont été vendus. Et le personnage a désormais largement dépassé les frontières de la seule bande dessinée.

De très nombreux produits dérivés sur tous types de supports ont suivi une version en dessins animés qui a été largement diffusée. Enfin, l'univers de Zep et Titeuf est également à l'origine d'un magazine mensuel diffusé en kiosques, «Tchô».

Le phénomène s'est par ailleurs enrichi en septembre 2001 d'un autre succès d'édition: «Le guide du zizi sexuel», illustré par Zep sur des textes de sa compagne Hélène Bruller, un ouvrage qui répond de façon à la fois ludique et pédagogique aux questions d'intimité et de sexualité que se posent les 8-12 ans.

swissinfo et les agences

En bref

- Né le 15 décembre 1967 à Genève, Zep, alias Philippe Chappuis, réalise sa première histoire à 8 ans.

- Son premier magazine amateur dès l'âge de 12 ans s'intitule déjà Zep, clin d'oeil explicite au groupe de rock anglais Led Zeppelin.

- Titeuf, la petite terreur des cours de récréation à la houppette en forme de plume blonde, est né en 1992.

- Les éditions Glénat publient le premier Titeuf, «Dieu, le sexe et les bretelles», en 1993.

- Aujourd’hui, 9 volumes parus en dix ans, plus de 5 millions d'albums ont été vendus.

Fin de l'infobox


Liens

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

×