Le réduit national, une nécessité pour Guisan

Un canon dans les forteresses d’Airolo.

Un canon dans les forteresses d’Airolo.

(Keystone)

Durant la Seconde Guerre mondiale, le général Henri Guisan a basé la défense de la Suisse sur l’organisation d’un «réduit national» au cœur des Alpes. Cette idée, ainsi que le rôle de l’armée, ont fait l’objet de controverses. A l’occasion du 50e anniversaire de la mort du général, deux historiens font le point.

Au sortir de la guerre, la Suisse a pour ainsi dire sacralisé le rôle de son armée durant le conflit. L’image était idéale: celle d’une armée fermement accrochée à ses positions inexpugnables des Alpes – le fameux «réduit national» – et apte à décourager tout envahisseur potentiel.

Au cours des dernières années, surtout lors de l’affaire des fonds juifs en déshérence, l’image a été un peu écornée. La Suisse a alors été perçue comme un pays qui a collaboré économiquement et financièrement avec l’Allemagne nazie, ce qui lui a évité l’invasion. Du coup, le rôle de l’armée suisse a été remis en cause.

A l’occasion du 50e anniversaire de la mort du général Henri Guisan – commandant en chef des forces suisses de 1939 à 1945 –, les historiens Pierre Streit et Jean-Jacques Langendorf reviennent sur l’action de l’armée.

Leur ouvrage, Le Général Guisan et l’esprit de résistance, ne livre pas de nouvelles révélations. Mais il présente deux qualités pour aborder cette problématique. D’une part, il fait la synthèse des différentes connaissances historiques et, d’autre part, il prend grand soin de remettre les événements dans leur contexte et de tirer des parallèles avec d’autres événements de la Seconde Guerre mondiale. Interview de l’un des auteurs, Jean-Jacques Langendorf.

swissinfo.ch: Le général Guisan est perçu comme le créateur du «réduit national», mais l’idée ne vient pas de lui.

Jean-Jacques Langendorf: En Suisse, le général Dufour avait prôné cette idée dès 1830. Il ne s’agissait pas d’un réduit alpin, mais d’un réduit sur le Plateau qui se serait appuyé sur la protection naturelle des fleuves. A la fin du 19e siècle, les Belges ont créé un réduit autour d’Anvers protégé par les eaux de la mer et des fleuves.

Durant la Seconde Guerre mondiale, les Français ont commencé à fortifier la frontière des Alpes avec l’Italie et les Américains ont créé un énorme complexe fortifié sur Bataan, au sud de Manille.

C’est une idée que l’on retrouve. Le général Guisan ne l’a pas créée, mais c’est sous son commandement qu’elle a pour la première fois été appliquée en Suisse en 1940.

swissinfo.ch: Le concept de réduit alpin, a tout de même un défaut. Il livre les zones plus peuplée du Plateau à l’ennemi…

J.-J. L.: C’est la thèse d’historiens comme Jakob Tanner. L’armée se serait repliée dans le réduit pour que le pays utile puisse travailler à plein rendement pour les Allemands.

Mais la situation est plus compliquée. Le général Guisan a toujours vu ce réduit, qui englobe aussi une partie du Plateau et qui représente un tiers du territoire, comme quelque chose d’actif. A partir de son abri du réduit, l’armée aurait pu porter des coups à l’assaillant.

Qu’il y ait eu d’autres éléments de dissuasion que le réduit, c’est évident. Il y a eu des éléments économiques, industriels, même juridiques. Le réduit n’était que l’un des pions dans cette stratégie dissuasive.

swissinfo.ch: Dans votre livre, vous montrez qu’il n’y avait finalement pas d’autre choix que la stratégie du réduit.

J.-J. L.: C’était effectivement la seule alternative. On ne pouvait pas rester sur le Plateau sans bouger. L’armée suisse n’avait pas les moyens de lutter contre le binôme avions-chars de l’armée allemande. Si les Allemands avaient attaqué en juin 1940, la résistance aurait été de 3-4 jours au mieux.

Il fallait donc trouver un moyen de redonner de l’espoir. Ce fut fait grâce à l’appel à résister lancé par le général Guisan au Grütli, avec comme solution le réduit.

swissinfo.ch: La Suisse était-elle vraiment menacée?

J.-J. L.: Le pic de menace a été atteint de juillet à septembre 1940. L’historien zurichois Klaus Urner a d’ailleurs retrouvé des plans d’attaques de la Suisse. La menace était concrète.

Mais dès que les Allemands se sont engagés en Russie, la menace à diminué. Avec la montée en puissance du réduit au fil de la guerre, il aurait été de moins en moins intéressant pour les Allemands d’attaquer, d’autant que l’axe nord-sud, vital pour leurs communication avec l’allié italien, aurait été détruit.

swissinfo.ch: La guerre a d’ailleurs montré qu’une défense en montagne peut être très efficace. On pense notamment au Monte Cassino.

J.-J. L.: Vous avez d’abord eu la résistance française de l’armée des Alpes en 1940 qui a bloqué les Italiens et les Allemands. Autre exemple: à Corregidor, dans la baie de Bataan, les fortifications ont tenu pendant sept mois, permettant à Mac Arthur de tenir, puis d’organiser sa réplique.

Monte Cassino est juste une position de montagne très forte avec ce nid d’aigle qu’est le couvent. Le lieu n’était même pas fortifié, mais les parachutistes allemands y ont tenu des mois face à des masses d’hommes et de bombes. Cela avait beaucoup frappé le général Guisan.

swissinfo.ch: Si le réduit a été si efficace, pourquoi l’armée suisse l’a-t-elle désormais abandonné?

J.-J. L.: On a continué à fortifier durant toute la Guerre froide. Les ensembles sont devenus gigantesques. Certains sites étaient capables d’abriter de 20'000 à 25'000 hommes.

Mais cela est tombé totalement en désuétude à la fin de la Guerre froide. Par uniquement en raison de la fin de la Guerre froide, mais à cause de l’évolution des technologies. Il y a actuellement des armes de pénétration d’une telle puissance que même les couches de rochers les plus énormes peuvent être rompues. De plus, les hélicoptères peuvent désormais déposer des commandos au-dessus des forts.

Par conséquent le réduit n’a plus qu’une valeur de souvenir.

Olivier Pauchard, swissinfo.ch

Réduit national

En Suisse, le terme réduit national désigne un système de fortifications principalement situées dans les Alpes. Ce système a commencé à être planifié dans les années 1930. Moins bien équipée que de potentiels ennemis, l’armée suisse était supposée pouvoir beaucoup mieux résister à l’abri de forteresses difficilement accessibles.

Ce système permettait également d’engager beaucoup moins de troupes pour la défense de pays.

Certains historiens estiment que le réduit, en nécessitant moins d’hommes qu’une défense sur le Plateau, permettait de libérer de la main d’œuvre pour le usine et ainsi de réaliser davantage de commerce avec l’Allemagne.

Le système du réduit a commencé à être démantelé au début des années 1990.

Le livre

Le Général Guisan et l’esprit de résistance, de Jean-Jacques Langendorf & Pierre Streit, Cabédita éditions, 38 francs

Henri Guisan

Henri Guisan est né le 10 octobre 1874 à Mézières, dans le canton de Vaud.

Après des études d’agronomie, il devient gentleman-farmer à Pully (Vaud).

Nommé officier en 1894, il gravit progressivement les échelons de la carrière militaire. Lors de la Première Guerre mondiale, il est intégré à l’état-major général avec le grade de lieutenant-colonel.

Jusque-là soldat de milice, il devient professionnel de l’armée avec sa nomination au rang de brigadier (1927) puis de commandant de corps (1932).

L’Assemblée fédéral l’élit général le 30 août 1939 par 204 voix sur 231. Il reste commandant en chef de l’armée jusqu’au 20 août 1945.
Décès le 7 avril 1960 dans son fief de Pully.



Liens

×