A Genève, «La Noce» se fête sans Brecht

Noces triviales à La Bâtie. www.batie.ch

La compagnie vaudoise Pasquier-Rossier crée pour le festival de la Bâtie une pièce de jeunesse de Bertolt Brecht qui prédit l'explosion de la famille traditionnelle. Décevant.

Ce contenu a été publié le 09 septembre 2001 - 16:25

Un projet ambitieux se noie dans la nuit du théâtre: «La Noce chez les petits bourgeois», pièce écrite en 1921 par Bertolt Brecht alors âgé de 23 ans, ne tient pas la promesse de son parti pris.

Tout commence pourtant sous les meilleurs auspices: dans une salle de bal (la salle du Faubourg à Genève) où les spectateurs, accueillis par les mariés et leurs familles à l'entrée du théâtre, assistent à un repas de noce (un vrai) servi par une armada d'acteurs en livrée.

Kermesse en guise de satire

Histoire de montrer comment le théâtre et le monde se rencontrent; comment la noce, qui va tantôt se désintégrer, trouve sa place dans une société moderne où la notion de famille traditionnelle explose.

La lente décomposition de la noce que raconte Brecht, en unissant dans un mouvement perpétuel artifice et vie, se transforme dans la salle du Faubourg en une kermesse de village où lampions et cuisses de cochon ornent le plafond; où les personnages sont des plaisantins qui barbouillent la fête avec des acrobaties de mauvais aloi (se déhancher vulgairement en dansant, faire un bras d'honneur...)

Où sont donc passés les noceurs de Brecht si drôles et si tragiques, car traversées de conflits qui débordent leur entendement?

Ghania Adamo

«La Noce chez les petits bourgeois», Genève, Festival de la Bâtie, jusqu'au 12 septembre.

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article