Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Armée: modification du recrutement des expatriés

L'armée veut incorporer les hommes là où leurs compétences seront le mieux utilisées.

(Keystone Archive)

Les expatriés sont à leur tour touchés par la réforme Armée XXI. Le recrutement aura lieu en Suisse. Autre nouveauté, la bonne connaissance d’une langue nationale est indispensable.

Ces modifications entre en vigueur le 1er janvier. C’est aussi à cette date que les rentes de vieillesse et d’invalidité seront augmentées.

Le gouvernement a approuvé vendredi la nouvelle ordonnance concernant les obligations militaires des Suisses de l’étranger et des doubles nationaux.

Le recrutement est adapté à la nouvelle philosophie d’Armée XXI. Il s’agit d’incorporer les appelés dans les postes où leurs compétences peuvent être le mieux utilisées et de sonder leurs dispositions par rapport à une éventuelle montée en grade.

Dans ces conditions, le recrutement ne se borne plus à un simple contrôle médical. Comme les Suisses de l’étranger, les expatriés devront se rendre trois jours dans un des centres de recrutement situés en Suisse.

Les Suisses de l’étranger devront par ailleurs avoir des connaissances suffisantes d’une des langues nationales pour être admis au recrutement.

Une base volontaire



Comme par le passé, les Suisses de l’étranger peuvent participer volontairement au recrutement, à l’école de recrues et aux services d’instruction en Suisse.

S’ils rentrent au pays, ils sont bien entendus soumis aux mêmes conditions que les Suisses de l’intérieur.

Les doubles nationaux vivant en Suisse sont en règle générale astreints au service militaire. Ils peuvent cependant en être exemptés s’ils prouvent qu’ils ont déjà effectué l’armée ou un service équivalent dans leur autre patrie.

Pour les femmes, doubles nationales ou non, le service militaire ne se fait de toute façon que sur une base volontaire.

Hausse des rentes

Le gouvernement a également accepté d’augmenter de 1,9% les rentes de l’assurance vieillesse (AVS) et de l’assurance invalidité (AI), de même que les prestations complémentaires. La mesure entre en vigueur le 1er janvier.

Les rentes AVS/AI sont adaptées tous les deux ans pour suivre l'évolution de «l'indice mixte». Celui-ci correspond à la moyenne arithmétique de l'indice des salaires et de l'indice des prix.

La rente minimale de vieillesse passera ainsi à 1075 francs par mois, et la rente maximale à 2150 francs.

L'adaptation des prestations AVS/AI engendrera des dépenses supplémentaires d'environ 722 millions de francs, dont 148 pour la Confédération et 38 millions pour les cantons. L'ajustement des prestations complémentaires est devisé à 9 millions (2 millions et 7 millions).

Combler le trou de l’AI

Le gouvernement a par ailleurs présenté ses plans pour assainir l’AI, actuellement confrontée à un véritable gouffre financier (déficit annuel d’environ 1,5 milliard). L'assainissement devrait passer par une diminution de 10% du nombre de rentiers.

Le taux des cotisations salariales à l'AI devrait passer de 1,4 à 1,5%. Cette augmentation de 0,05 point pour les employés et pour les employeurs doit rapporter 300 millions.

Les Suisses doivent en outre s'attendre à un relèvement de la TVA de 0,8 point.

Les milieux concernés ont jusqu'au 31 décembre pour donner leur avis sur la 5e révision de l'AI. Elle est complétée par un financement additionnel, également en consultation jusqu'à la fin de l'année, visant à résorber à terme l'endettement de cette institution, qui doit atteindre 9 à 10 milliards de francs fin 2006.

Pour mémoire, le 16 mai dernier, les citoyens avaient refusé en votation une hausse de 1% de la TVA destinée à combler le déficit de l’AI.

swissinfo et les agences


Liens

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.