Coronavirus: Toyota prolonge l'arrêt d'usines en Chine

Toyota a annoncé qu'il prolongeait d'une semaine la suspension de la production de ses usines d'assemblage en Chine, jusqu'au 9 février inclus, en conséquence de la crise sanitaire causée par le nouveau coronavirus (archives). KEYSTONE/EPA/FRANCK ROBICHON sda-ats

Le géant automobile japonais Toyota a annoncé mercredi qu'il prolongeait d'une semaine la suspension de la production de ses usines d'assemblage en Chine, jusqu'au 9 février inclus, en conséquence de la crise sanitaire causée par le nouveau coronavirus.

"Nous allons surveiller la situation et prendre une nouvelle décision" après cette date, a indiqué à l'AFP un porte-parole du groupe.

Toyota compte trois sites d'assemblage de véhicules en Chine, l'un à Canton (sud) avec le constructeur chinois GAC et deux autres avec FAW à Tianjin près de Pékin (nord-est) et dans le Sichuan (centre).

Ces usines étaient déjà à l'arrêt depuis le 23 janvier en raison des congés du Nouvel An chinois, mais leur redémarrage a été reporté "en raison de divers facteurs dont les instructions des autorités" locales et régionales et des difficultés d'approvisionnement des pièces automobiles dans le pays en raison de la crise sanitaire, a précisé le porte-parole de Toyota.

Les huit autres sites de production (pièces et composants) du groupe en Chine sont également à l'arrêt, a-t-il ajouté, sans toutefois donner plus de précisions dans l'immédiat.

Mesures drastiques

Découvert dans la métropole de Wuhan dans le centre du pays, le nouveau coronavirus a déjà fait 132 morts et contaminé près de 6000 personnes en Chine continentale, selon un dernier bilan provisoire des autorités locales.

Pékin a recours à des mesures drastiques pour tenter d'endiguer l'épidémie, qui risque aussi de pénaliser sérieusement l'économie du pays, déjà fragilisée.

Wuhan et la quasi-totalité de la province du Hubei, soit 56 millions d'habitants, ont notamment été mis en quarantaine depuis jeudi dernier, et de nombreux transports intérieurs sont suspendus dans le reste du pays également.

Le géant américain Apple a lui aussi reconnu mercredi des incertitudes concernant la production de ses sous-traitants en Chine, la réouverture de leurs usines ayant été repoussée au 10 février.

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article