Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Les projets d'Andrea Novicov pour le Théâtre Populaire Romand

C'est le metteur en scène Andrea Novicov qui dirigera le Théâtre Populaire Romand (TPR) à la Chaux-de-Fonds dès 2009, succédant ainsi à Gino Zampieri.

Un carnet d'adresses bien fourni et une audace dans la recherche esthétique devraient permettre au nouveau maître des lieux de donner du punch à la plus emblématique scène romande.

Andrea Novicov a des projets plein la tête, mais pas la grosse tête. Celui qui vient d'être nommé directeur artistique de la plus emblématique scène romande, le TPR, considère sa future mission avec sérénité.

Pas besoin de s'exciter quand on est sûr de ses appuis. L'identité internationale d'Andrea Novicov lui a permis d'élargir son horizon, d'étoffer ses contacts et ses choix artistiques.

Né à Montréal il y a 49 ans, aujourd'hui établi à Lausanne, ce metteur en scène ouvert à tous les vents culturels, mais aussi aux nouvelles formes plastiques, a entre temps vécu au Canada, en Italie en Argentine et au Tessin.

On le sait nomade, donc. Et il est donc étonnant de le voir accepter la direction du TPR, une scène chaux-de-fonnière qui plonge ses racines historiques dans l'Arc jurassien.

Ancrage jurassien

On le lui dit. Il rectifie très vite. «C'est précisément cet ancrage qui m'intéresse. La fonction du TPR est éminemment sociale, et ce depuis la création de cette institution par Charles Joris en 1961. Je garde en vue cet héritage-là et je le renforcerai dans la mesure de mes moyens.»

Il faut dire que le TPR est né dans une région rurale, a grandi avec elle, a travaillé avec elle et a formé son public grâce aux interventions pédagogiques dans les établissements scolaires. Grâce aussi aux multiples déplacements de la troupe dans les villages jurassiens.

Andrea Novicov suivra donc cette voie-là en l'élargissant. «Le TPR, rappelle-t-il, possède sa propre école de formation d'acteurs. J'aimerais repenser sa mission en nouant des liens avec la Haute-Ecole de théâtre de Suisse romande (HETSR), à Lausanne. Ceci d'une part. D'autre part, je continuerai, dans la tradition du TPR, à faire circuler les spectacles et à m'occuper du public.

Dans les grandes villes comme Genève, on fait du théâtre pour des inconnus. Ici en revanche, on s'adresse à une 'famille'. L'objectif est donc de proposer à cette dernière un théâtre populaire où le rapport entre culture et territoire reste très fort.»

Esthétique branchée

Andrea Novicov connaît bien les «auteurs du terroir», comme il dit. Il a déjà monté des textes de Jurassiens comme Camille Rebetez et Noëlle Revaz. Mais il a aussi à son actif des mises en scène d'écrivains mondialement connus (Lorca, Shakespeare...), avec des esthétiques très branchées où se bousculent l'audio-visuel et la narration hâchée.

C'est précisément ce qui a séduit la Fondation Arc en scènes et son président Claude-Eric Hippenmeyer, quand il a fallu choisir le successeur de Gino Zampieri.

«Il est rare de tomber sur un artiste comme Novicov qui possède un sens aigu de la découverte, avec une recherche constante de nouvelles formes d'expression scénique», avoue Hippenmeyer.

Francy Schori pour adjoint

Lequel a jugé utile de nommer, aux côtés de Novicov, un directeur adjoint: Francy Schori, ancien responsable du Centre de culture ABC de la Chaux-de-fonds.

Interrogé, ce dernier explique: «J'ai été nommé en raison de mon expérience sur le terrain. Novicov a un réseau suisse et international bien développé. Moi, je connais sur le bout des doigts les compagnies indépendantes locales. En termes de complémentarité, notre duo devrait bien marcher. Ceci dit, il n'y aura pas pour autant un cloisonnement des fonctions, mais plutôt une perméabilité dans nos tâches. Andrea s'intéresse comme moi à l'histoire du TPR. Chacun de nous apportera donc à cette institution sa part de passion et de compétences.»

swissinfo, Ghania Adamo

Une histoire bien communautaire

Le Théâtre Populaire Romand a été créé par Charles Joris en 1961.

Cette troupe de comédiens vit en communauté dans une ferme du Val-de-Ruz, où elle fabrique des spectacles qu'elle joue à raison de 60 représentations environ dans les cantons romands.

Avec des créations chevillées à l'actualité sociale et politique et des spectacles romands et étrangers, le TPR se forge une réputation de compagnie rigoureuse et curieuse.

En mai 1983, le TPR ouvre sa maison du théâtre à Beau-Site, à la Chaux-de-Fonds.

En 2001, Charles Joris part à la retraite, remplacé Gino Zampieri. Le TPR et le Théâtre de la Ville, rebaptisé l'Heure Bleue, se rapprochent alors et élaborent une saison commune.

Dès 2009, Andrea Novicov dirigera le TPR, avec Francy Schori pour adjoint. Tous deux seront responsables des deux salles: Beau-Site et l'Heure Bleue.

Fin de l'infobox


Liens

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

×