Des chèques de 25 francs pour consommer dans les restos genevois

Genève va soutenir son secteur du tourisme, mis à mal par la pandémie de coronavirus, à hauteur de 4,5 millions de francs (illustration). KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT sda-ats

Genève déploie un train de mesures pour relancer l'hôtellerie et la restauration, particulièrement touchées par la crise sanitaire. Parmi les aides accordées: 40'000 chèques de 25 francs pour manger dans les restaurants du canton.

Ce projet de relance du secteur du tourisme, qui prévoit un investissement global de 4,5 millions de francs, a été voté jeudi soir à la quasi-unanimité par le Grand Conseil. Cette initiative du conseiller d'Etat Pierre Maudet a été passablement modifiée en commission.

La mouture initiale comprenait notamment une prise en charge d'un tiers du tarif d'une chambre d'hôtel par l'Etat, d'un autre tiers par les hôtels, le tiers restant étant à la charge des touristes suisses. Cette proposition n'a pas passé la rampe de la commission de l'économie car la majorité a estimé qu'elle favorisait des palaces en mains de groupes internationaux aux reins solides.

Deux nuits minimum

Au final, le projet de loi adopté fixe un versement de 4,5 millions à la Fondation Genève Tourisme et Congrès pour l'année 2020. Cette somme doit notamment permettre d'émettre des chèques tourisme (2,5 millions) ainsi que des chèques café-restaurant et bars (1 million) et de déployer un label sanitaire relatif au Covid-19 (100'000 francs).

Il y aura ainsi 25'000 chèques tourisme d'une valeur de 100 francs pour permettre la relance économique du secteur. Ces bons seront réservés aux personnes qui ont réservé un séjour d'au moins deux nuits dans les hôtels et chambres d'hôtes agréés du canton. Ils seront valables jusqu'à la fin de l'année.

Pour les résidents

La Fondation Genève Tourisme et Congrès émettra également au maximum 40'000 chèques cafés-restaurants et bars d’une valeur de 25 francs valables du 1er juillet à fin septembre. Ils sont réservés aux personnes domiciliées dans le canton. Un amendement PLR a imposé une dépense minimale de 50 francs dans les établissements dans un but d'effet multiplicateur.

Le secteur de l'hôtellerie-restauration représente 15'000 emplois à Genève, a rappelé Pierre Maudet. Près de 13'000 travailleurs de cette branche sont en RHT, a-t-il souligné. Le conseiller d'Etat a soutenu la mue vers un tourisme plus durable et plus endogène.

Partager cet article