Expo.02: C-D

D comme D’J… expo-techno ou expo-youtze? swissinfo.ch

L'abécédaire d'Expo.02: C comme concepteurs ou courrier, D comme D'J ou drague, pourquoi pas? Nelly Wenger, Frédéric Hohl et Daniel Rossellat jouent franc jeu.

Ce contenu a été publié le 17 décembre 2001 - 14:38

C comme concepteurs originels

Ils étaient trois, Laurent Geninasca, Luca Merlin et Michel Jeannot, à avoir «inventé» le concept d'Expo.02, alors prévue en 2001. Les trois lacs, les arteplages, ces idées qui avaient emporté l'adhésion du Conseil fédéral, c'étaient les leurs. Mais il y a bien longtemps qu'ils ont totalement disparu de la circulation. Les cadres actuels n'ont-ils jamais de regrets, voire de scrupules?

«Si, beaucoup», répond immédiatement Nelly Wenger, qui ajoute que leur éviction a eu lieu bien avant sa propre arrivée dans le bateau Expo.02. Et de préciser qu'un règlement entre eux et l'expo a eu lieu à l'amiable (les trois concepteurs initiaux avaient lancé une procédure pour que leurs droits d'auteurs soient reconnus; une convention a été signée le 21 juin 2001, ndlr). Et que, par ailleurs, des invitations à la Journée d'Ouverture viennent de leur être adressées.

Moins d'états d'âme chez Frédéric Hohl: «je pense que dans tout grand projet, il y a une phase conceptuelle, puis après, une phase de réalisation». Et un peu de colère chez Daniel Rossellat qui, sans en faire une question de personnes, a le cœur lourd. Le chef des Events déplore en effet que, dans ce genre de manifestations, la dimension architecturale soit prise en compte bien avant la dimension culturelle.

Et là, avec la multiplicité des sites, c'est au niveau pratique que cela coince: «tous les matins, je maudis cette exposition qui a lieu sur quatre endroits: même s'il y a des tas d'aspects positifs pour les villes concernées, la région, on doit quand même admettre que, dans la pratique quotidienne, faire quatre expositions en même temps est d'une complexité incroyable».

C comme courrier

Le courrier a afflué à Expo.02, avec une gamme allant du compliment à l'insulte. Nelly Wenger en retient deux en particulier. L'un lui a été envoyé par un religieux, Frère Clément: «il disait qu'il priait pour moi et ça m'a beaucoup touchée».

L'autre, plus récent, lui a été remis «par la maman d'un monsieur de 40 ans, qui est schizophrène. Quelqu'un qui n'est pas bien dans sa santé, et qui est complètement axé sur l'expo. Il a écrit plus de six pages autour de l'expo. Cela m'a également beaucoup touchée, parce que cela montre aussi que ce projet peut avoir des ancrages partout dans le pays.»

D comme D'J

Quelle serait la musique idéale pour la bande-son d'Expo.02? Nelly Wenger, franchement subjective et les yeux brillants, évoque le nom de Sting! Lequel ne pourra pas venir chanter le jour de son anniversaire, malgré les demandes réitérées qu'elle a émises - pour rire dit-elle - auprès de Daniel Rossellat. Attraperait-elle des goûts de luxe? «Oui, on attrape des goûts de luxe, mais on n'arrive pas à les assouvir, c'est ça le problème!»

Alors que Frédéric Hohl parle d'une «youtze» (un jodle, ndlr), Daniel Rossellat ne veut pas trancher, car, selon lui, une seule musique ne peut résumer Expo.02. Tout au plus envisagerait-il plutôt une chanson qu'une musique instrumentale.

D comme drague

L'expo.02 nous permettra de rêver, de nous amuser, de réfléchir, nous dit-on. Bien. Mais nous permettra-t-elle de draguer? Et, le cas échéant, quels seront les meilleurs lieux d'Expo.02 pour trouver l'âme sœur?

Daniel Rossellat, admettant que la Fête des Vignerons ou Paléo ont la réputation d'être à la fois des lieux de mariage et de divorce, imagine bien quelques frotti-frotta dans les bars nocturnes d'Expo.02. Mais, plutôt sage, doute qu'une visite matinale des expositions soit propice à la chose: «je parlerais plutôt de rencontres que de drague... des rencontres entre artistes et spectateurs, entre visiteurs et gens habitant la région, entre gens de la ville et de la campagne.»

Un mot vient, par contre, immédiatement aux lèvres de Frédéric Hohl et de Nelly Wenger: Yverdon-les-Bains. «Un arteplage consacré à l'amour, précise la directrice, puisque il y aura une exposition intitulée 'Premiers regards', consacrée aux premières émotions amoureuses et à la sexualité. Et une autre intitulée 'Oui', où on pourra se marier pour 24 heures. Et puis il y aura surtout un merveilleux nuage artificiel dans lequel on pourra se rendre avec la personne de son choix. Pour l'amour, il faut se rendre à Yverdon!»

Barbara, Chloé, Corinne, Aïcha, je vous attendrai donc entre le 15 mai et le 20 octobre 2002 dans le nuage du bout du lac. A tout à l'heure.

Bernard Léchot

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article