Genève défendra Cointrin

Une desserte équilibrée des différentes régions du pays est essentielle. Particulièrement pour les passagers romands. Keystone Archive

La nouvelle compagnie aérienne n'a pas encore répondu aux demandes de l'aéroport de Genève. Mais il dispose de plusieurs canaux pour faire valoir ses intérêts.

Ce contenu a été publié le 14 janvier 2002 - 19:50

«Notre premier souhait, c'est que le lancement de la nouvelle compagnie aérienne réussisse», souligne Philippe Roy, porte-parole de l'aéroport international de Genève. Pour l'heure, la direction de l'aéroport n'entend donc pas faire pression sur le conseil d'administration de la nouvelle compagnie pour défendre ses intérêts.

Plus de vols long-courriers

«Nous nous en tenons à l'exigence formulée par la Confédération d'une desserte équilibrée de toutes les régions du pays», précise Philippe Roy.

L'aéroport romand a tout de même communiqué à la direction de la nouvelle compagnie une série d'études de marché qui démontrent la viabilité d'une dizaine de vols long-courriers au départ de Genève.

Pour l'heure, seule la ligne Genève-New York est desservie. Comme l'a précisé Jean-Pierre Jobin à la Radio suisse romande, Washington, Chicago, Los Angeles et Montréal seraient également des destinations rentables depuis Genève, tout comme Bangkok et Singapour.

Mais l'aéroport genevois n'a pas uniquement en tête une offre élargie de vols long-courriers. Le maintien du réseau actuel de court et moyen-courriers est également vital pour la survie de l'aéroport.

Il note d'ailleurs avec satisfaction que ces dessertes ne sont pas remises en cause par la direction de la nouvelle compagnie dans le cadre du prochain horaire d'été.

Soutien romand

L'aéroport de Genève va donc attendre le démarrage de la nouvelle compagnie pour faire valoir plus précisément ses intérêts. Pour cela, il dispose de plusieurs canaux.

André Kudelski, membre du conseil d'administration de la compagnie, représente le relais le plus direct. «A plusieurs reprise, l'entrepreneur vaudois a déclaré vouloir défendre les intérêts des cantons romands et donc de l'aéroport de Genève», rappelle Philippe Roy.

De plus, la direction de l'aéroport de Genève est représentée dans le comité qui supervise la transition entre Swissair et la nouvelle compagnie. Enfin, les cantons romands ont déclaré que leur participation financière au capital de la nouvelle compagnie impliquait le respect des intérêts de l'aéroport de Genève.

Frédéric Burnand, Genève

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article