L'armée chinoise veut limiter la masturbation chez ses recrues

L'armée veut mettre un frein à la masturbation pour s'assurer de la santé de ses nouveaux membres (archives). KEYSTONE/AP Pool Reuters/THOMAS PETER sda-ats

Envie de devenir soldat en Chine? Il vous faudra désormais résister à la masturbation et aux jeux vidéo. L'armée veut mettre un frein à ces pratiques pour s'assurer de la santé de ses nouveaux membres.

Ce raidissement part d'un constat: un nombre croissant d'aspirants sont recalés dès les tests de sélection physique de l'Armée populaire de libération (APL), la plus grande du monde en matière d'effectifs avec 2 millions de personnes.

Le Quotidien de l'APL, le journal officiel de l'armée, vient de lister sur un réseau social les 10 raisons pour lesquelles certaines recrues potentielles flanchent dès le premier écrémage, un phénomène qui agite les hautes sphères militaires.

Un cinquième des candidats ne sont ainsi pas retenus en raison de leur surpoids, et 8% à cause d'une "veine testiculaire hypertrophiée". Cette particularité anatomique s'expliquerait par un excès de masturbation, de pratique des jeux vidéo, ou par un manque d'activité physique, explique le journal.

Règles strictes

Les postulants aux tatouages trop visibles ou démesurément grands sont eux aussi éliminés, ajoute le quotidien. Il précise que d'autres ont été recalés pour des problèmes de foie liés à la consommation d'alcool.

Dans une ville de Chine, plus de la moitié des candidats ont même essuyé un inflexible refus en raison d'une forme physique jugée insuffisante, souligne le Quotidien de l'APL.

"Le processus de recrutement est mené en vertu de procédures et de règles strictes", a observé de son côté le ministère de la Défense dans un communiqué pour justifier cette reprise en main.

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article