Navigation

Lausanne Lumières vient égayer la capitale vaudoise

Le festival Lausanne Lumières va égayer la capitale vaudoise jusqu'à Noël. KEYSTONE/LAURENT GILLIERON sda-ats
Ce contenu a été publié le 24 novembre 2020 - 11:29
(Keystone-ATS)

Le festival Lausanne Lumières revient mardi pour une 9e édition. Un mois durant, quarante oeuvres créées spécialement pour l'occasion seront projetées tous les soirs sur huit bâtiments emblématiques de la capitale vaudoise.

"Nous voulons apporter une touche d'optimisme à cette année si particulière", explique Julien Finkbeiner, directeur de Lausanne Lumières, interrogé par Keystone-ATS. Contrairement aux éditions précédentes qui mettaient en valeur des installations lumineuses, le festival 2020 est réalisé uniquement avec des projections.

Celles-ci peuvent être vues comme "des ornements qui redonnent vie à de beaux bâtiments que les gens ne regardent plus forcément au quotidien", remarque Julien Finkbeiner. Une trentaine d'artistes, majoritairement de la région, ont été impliqués. "Nous sommes heureux d'avoir pu donner un terrain d'expression à ces artistes qui ont beaucoup souffert avec la crise", poursuit le directeur du festival.

Parmi ces artistes, Patrice Warrener illumine la cathédrale de Lausanne, et plus précisément le portail Montfalcon. Il explique avoir créé ce qui s'apparente à "une diapositive sur mesure qui permet de mettre en valeur les détails du portail." Dix versions de son oeuvre seront projetées en alternance chaque soir.

Ode à la féminité

A la place Benjamin Constant, Catherine Pearson a co-créé "La femme arc-en-ciel", en référence à un tube des Rolling Stones ("She is a Rainbow"). "C'est une ode à la féminité. Une oeuvre colorée et fraiche qui apporte un peu de vie dans cette période triste", relève-t-elle.

Les autres projections sont disséminées au centre-ville: pont Bessières, palais de Rumine, maison Mercier, tour Bel-Air, rue Centrale et place de la Louve. Le spectacle démarre tous les soirs dès 18h30.

Le festival Lausanne Lumières est né en 2012 d'une volonté commune de la Ville de Lausanne et de la Fondation pour le commerce lausannois.

Partager cet article