Navigation

Le syndic d'Aigle Frédéric Borloz ne se représente pas

Frédéric Borloz conserve son mandat au Conseil national (archives). KEYSTONE/LAURENT GILLIERON sda-ats
Ce contenu a été publié le 25 novembre 2020 - 13:29
(Keystone-ATS)

Frédéric Borloz, syndic d'Aigle (VD) depuis presque 15 ans, ne se représentera pas aux élections communales de 2021. Il conserve son mandat au Conseil national et ne ferme pas la porte à une candidature au Conseil d'Etat.

Après 23 ans à la municipalité, Frédéric Borloz a "envie de faire autre chose", a-t-il expliqué jeudi à Keystone-ATS. Ces cinq législatures à l'exécutif, dont trois comme syndic, ont constitué une "expérience extraordinaire" même si, au départ, il n'était pas destiné à faire de la politique. "On est venu me chercher et je me suis découvert une passion", raconte-t-il.

Durant toutes ces années, il est "venu presque tous les jours à l'Hôtel-de-Ville. Mais jamais la boule au ventre, toujours avec plaisir. Nous avons eu notre lot d'ennuis, mais on a toujours trouvé des solutions", se souvient-il.

Cet homme de terrain de 54 ans, pragmatique et rassembleur - le Conseil communal ne lui a jamais refusé un préavis, souligne-t-il - assumera son mandat communal jusqu'au bout, soit jusqu'au 30 juin 2021. Puis il se tournera vers de nouveaux projets professionnels - peut-être en lien avec son bureau fiduciaire - ou politiques.

Frédéric Borloz n'exclut pas de se présenter au Conseil d'Etat en 2022. Le moment venu, il fera "une pesée d'intérêts", explique-t-il. "Il faut d'abord que le parti officialise sa stratégie". "Tous les politiciens qui s'investissent comme moi dans leur fonction s'intéressent à un moment donné au Conseil d'Etat", avoue-t-il.

Aussi Laurent Wehrli

Ce départ de la politique communale fait écho à celui de Laurent Wehrli, également PLR, élu local de longue date et conseiller national. Le syndic de Montreux a annoncé début novembre qu'il ne se représenterait pas aux élections communales de mars et qu'il allait réfléchir à "d'autres opportunités". Leurs deux noms font partie des papables PLR pour la future élection au gouvernement vaudois.

Homme du Chablais, Frédéric Borloz a permis à la commune de "rayonner au-delà de ses frontières communales", rappelle la municipalité dans un communiqué. L'homme a été député de 2002 à 2015 et président du PLR Vaud durant six ans. Il est conseiller national depuis 2015, "brillamment réélu en 2019", rappelle son parti.

Partager cet article