Toute l'actu en bref

La distribution de courrier dans les régions reculées devrait être assurée. Le Conseil des Etats s'associe à la fronde du National contre les plans du géant jaune (archives).

KEYSTONE/CHRISTIAN BEUTLER

(sda-ats)

Le Conseil fédéral devra revoir les critères définissant la distribution du courrier dans les régions reculées. Le Conseil des Etats a soutenu la fronde lancée par le National en adoptant jeudi deux motions à quatre contre un.

Les textes ont été déposés par des députés neuchâtelois qui déplorent la décision de La Poste d'abandonner progressivement la livraison du courrier dans certaines régions isolées. Ils demandent de revoir la règle selon laquelle la tournée du facteur est éliminée pour toute zone comptant moins de cinq maisons à l'hectare ou si le temps nécessaire pour desservir une maison habitée dépasse deux minutes.

La distribution de courrier doit être garantie car il s'agit d'un élément fondamental du service universel. Les mesures d'économies de La Poste doivent rester proportionnées. La restructuration doit être menée avec grand soin et beaucoup de circonspection, a souligné Olivier Français (PLR/VD) au nom de la commission.

Un large débat sur les prestations de La Poste est nécessaire, a ajouté Claude Hêche (PS/JU), rappelant la forte mobilisation contre les plans de l'ex-régie. Le Conseil des Etats aura l'occasion d'y revenir à l'automne. Sa commission des télécommunications a adopté une motion réclamant que le géant jaune tienne davantage compte des différentes catégories d'usagers dans la transformation de son réseau.

"Poste bashing"

Le "Poste bashing" semble être à la mode, a regretté la ministre de la communication Doris Leuthard. Selon elle, le géant jaune remplit actuellement son mandat légal. Le Parlement peut poser des exigences supplémentaires en matière de prestations. Mais cela aura un prix et il faudra savoir qui est prêt à le payer, a ajouté la conseillère fédérale.

Concernant les maisons isolées, des solutions différenciées ont été trouvées (boîtes aux lettres centralisées près d'une route, distribution moins régulière du courrier), a-t-elle souligné. Et de se demander ce que l'on pouvait faire de plus.

Série d'exigences

Le gouvernement n'est pas au bout de ses peines, les exigences du Parlement se multipliant. Le National vient d'adopter une série de motions, que le Conseil des Etats devra encore traiter. La Chambre du peuple a demandé que les critères servant à mesurer l'accessibilité d'un office postal soient fixés au niveau régional.

Une accessibilité moyenne pour 90% de la population dans l'ensemble du pays, comme elle est calculée actuellement, est inadaptée, notamment pour les régions périphériques et de montagne. En outre, les critères d'accessibilité appliqués aux services postaux doivent aussi l'être pour les services de paiement (accès à pied ou par les transports publics en 20 minutes, contre 30 minutes actuellement).

Dans les agences postales qui remplacent les offices fermés, toutes les prestations logistiques de la poste (expédition de colis encombrants ou envois en nombre par exemple) devraient être garanties, aussi en matière de paiements.

Le National a également demandé plus de transparence dans la localisation des offices postaux, via par exemple une carte en ligne actualisée en permanence.

D'ici 2020, le géant jaune veut faire passer le nombre des bureaux de poste de 1400 à 800 ou 900. Parallèlement, les points d'accès devraient augmenter de 3700 à au moins 4000. Selon La Poste, la nouvelle stratégie pour les succursales est nécessaire car celles-ci enregistrent un déficit annuel de 100 à 200 millions de francs.

ATS

 Toute l'actu en bref