Le premier Master suisse en intelligence artificielle

L'Université de la Suisse italienne (USI) a inscrit à son programme d’études un Master en intelligence artificielle (IA). Une première en Suisse.

Ce contenu a été publié le 30 octobre 2017 - 13:25

«Vous savez ce qui est amusant? C’est que si on m’avait demandé il y a cinq ans ‘est-ce que les voitures se conduiront un jour toutes seules?’, j’aurais probablement répondu ‘on en reparlera dans 20 ans’. Au lieu de cela, quand en plus des chercheurs - qui posent les méthodologiques -, l’industrie et l’économie se mettent aussi à bouger, on arrive à des résultats impressionnants. La voiture qui se conduit toute seule est désormais une réalité, alors qu’il y a peu, elle était impensable. Même pour nous».

Luca Maria Gambardella est directeur de l’Institut Dalle Molle d’études sur l’intelligence artificielle (IDSIA), fondé en 1988 à Lugano par Angelo Dalle Molle. L’inventeur de l’apéritif Cynar croyait au progrès technologique au service d’une meilleure qualité de vie (il fut par exemple un précurseur de la mobilité électrique). En 1971, il a créé en Suisse une fondation pour promouvoir la recherche «loin de la bureaucratie des universités».

L’IDSIA et la Faculté de science informatique de l’USI ont lancé cette année le premier Master en intelligence artificielle de Suisse. Les cours, qui ont débuté le 18 septembre, réunissent une quinzaine d’étudiants venus de trois continents et d’horizons divers: informatique, ingénierie, mathématiques, logique et philosophie.

L’IDSIA est affilié à l’Université (USI) et à la Haute école professionnelle de la Suisse italienne (SUPSI), parce qu’il conjugue depuis le départ recherche fondamentale et recherche appliquée. «Nous sommes tous sur le terrain, explique Luca Maria Gambardella. Nous aimons vraiment travailler avec les entreprises et apporter de l’innovation à l’économie. C’est une de nos missions».

End of insertion

Nous sommes déjà quotidiennement en contact avec l’IA: les moteurs de recherche sur internet, les traducteurs automatiques, le contrôle vocal des appareils y recourent largement. Elle sert aussi aux services de courrier électronique pour filtrer les emails indésirables et aux véhicules sans conducteur pour se déplacer.

creativeapplications.net, quickdraw/experiments.withgoogle.com, wekinator.org

Quatre façons plus ou moins ludiques d’aborder l’intelligence artificielle: Objectifier est un interrupteur doté d’une caméra, par laquelle l’utilisateur apprend à quels gestes correspondent les positions marche/arrêt. Quick Draw est un réseau neuronal capable de déchiffrer nos gribouillis. Giorgio Cam est une application qui crée des mélodies à partir de ce qu’elle voit par une webcam. Wekinator est un programme qui permet aux musiciens et aux artistes de contrôler leur ordinateur avec les mouvements du corps.

De grandes avancées sont attendues dans les domaines des prévisions de marché et de l’analyse des risques. Pour le moment, les machines ne prennent pas de décisions d’investissements seules, mais la finance est un secteur où les activités principales sont déjà gérées par des technologies sophistiquées (intelligentes ou non). Dans ce domaine également, l’USI a introduit un Master, nommé MFT, pour Master en technologie financière et informatique.

Le Master en intelligence artificielle de l’USI est en anglais. Le programme comprend, entre autres, l’étude de l’apprentissage automatique, de l’AI appliquée à la robotique, des réseaux neuronaux artificiels, qui rappellent un peu ceux de notre cortex cérébral, et de l’interaction homme-machine.

Mais comment une machine peut-elle apprendre? Quelles perspectives professionnelles s’offriront aux titulaires du nouveau Master? Et quelles sont les applications les plus récentes et innovantes de l’intelligence artificielle? Le professeur Gambardella répond dans l’intervivew vidéo ci-dessus. 

La SUPSI propose aussi un Master en Interaction Design. La conception de l’interaction entre l’utilisateur et les dispositifs mécaniques ou informatiques comprend également l’interaction avec l’IA.

End of insertion

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article