Navire chinois intercepté aux Galapagos avec plus de 6600 requins

Le Fu Yuan Yu Leng a été intercepté le 13 août près de l'île de San Cristobal (archives). KEYSTONE/EPA EFE/JOSE JACOME sda-ats

Un navire chinois, intercepté dans l'archipel équatorien des Galapagos, transportait illégalement plus de 6600 requins, a annoncé l'organisation du parc national dimanche. Parmi eux figuraient des spécimens d'espèces vulnérables et menacées d'extinction.

Les vingt marins chinois du "Fu Yuan Yu Leng 999", placés en détention provisoire, sont poursuivis pour des délits contre la flore et la faune. Ils encourent jusqu'à trois ans de prison.

L'embarcation de 98 mètres a été interceptée le 13 août près de l'île San Cristobal, alors qu'elle naviguait illégalement dans les eaux de l'archipel des Galapagos, classé patrimoine naturel de l'humanité pour sa flore et sa faune uniques.

Les ailerons de requin sont très appréciés des gourmets asiatiques. Toutes les espèces de ces îles, appartenant à l'Equateur, sont protégées dans le périmètre des 138'000 km2 de la réserve marine la plus grande de la planète, et sanctuaire de divers animaux, dont des squales.

Cas le plus important

Selon le parc national, le navire chinois a reçu une cargaison de requins "en provenance de deux bateaux taïwanais" entre le 5 et le 7 août, "à plus de mille kilomètres du nord-ouest des Galapagos". Il avait prévu de traverser la réserve, de se diriger vers le Pérou puis de rentrer en Chine.

Le tonnage et la taille du Fu Yuan Yu Leng 999 font qu'il s'agit du cas le plus important de pêche illégale dans les eaux de l'archipel, où 17 embarcations sous pavillon équatorien ont été arraisonnées ces trois dernières années pour le même délit.

Les habitants des Galapagos ont manifesté ces jours derniers contre la présence de 300 navires de pêche chinois dans les eaux internationales se trouvant face à l'archipel.

L'archipel des Galapagos, situé à un millier de kilomètres des côtes équatoriennes, a servi de laboratoire au naturaliste anglais Charles Darwin pour développer sa théorie sur l'évolution des espèces.

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article