Navigation

Nouvelle procédure pour les changements de nom de rue à Neuchâtel

La tension autour de la polémique née de l'affaire Agassiz semble retombée en ville de Neuchâtel (archives). KEYSTONE/THOMAS DELLEY sda-ats
Ce contenu a été publié le 02 avril 2019 - 12:23
(Keystone-ATS)

La polémique née autour de l'affaire Agassiz à Neuchâtel, en lien avec le changement de nom d'une place, entraîne un changement de procédure. L'exécutif devra dorénavant consulter le législatif avant toute modification de nom de rue ou de place.

L’affaire Agassiz a occupé une nouvelle fois une partie de la séance du Conseil général de la Ville de Neuchâtel lundi soir. Désormais, quand le Conseil communal voudra changer le nom d'une rue ou d'une place, il devra consulter une commission ad hoc du législatif. L'information parue dans les médias régionaux a été confirmée mardi à Keystone-ATS par les services de la Chancellerie communale.

Solution de compromis

L'option finalement retenue émane du groupe PS. Avant que le parlement communal ne se rallie à l'amendement socialiste de compromis, les conseillers généraux ont rejeté une proposition du groupe Vert’libéral/PDC qui voulait donner la compétence en la matière au seul législatif, à la majorité des deux tiers, sur proposition du Conseil communal.

Les discussions de lundi soir constituent la suite d'un feuilleton apparu à la fin de l'été passé, avec la décision du Conseil communal de débaptiser l’Espace Louis-Agassiz et de lui donner le nom de la première conseillère nationale neuchâteloise, Tilo Frey. L'espace borde la faculté des lettres de l'Université de Neuchâtel.

Le vote de l'arrêté du Conseil général de ne pas reprendre entièrement la compétence de choisir les noms des rues et des places à Neuchâtel implique une modification du règlement de police de la commune.

Place reconsidérée

Pour mémoire, le Conseil communal de Neuchâtel a décidé début septembre de reconsidérer la place et l'héritage de Louis Agassiz à Neuchâtel, glaciologue étant accusé d'avoir promu le racisme au 19e siècle. L'espace qui lui est dédié sera rebaptisé en Tilo Frey, pionnière de l'émancipation féminine et des minorités ethniques.

Tilo Frey, née au Cameroun d'une mère peule et d'un père suisse, a fait partie des onze premières femmes élues au Parlement fédéral en 1971. Elle est décédée en 2008. Neuchâtel a prévu de lui rendre publiquement hommage cette année, dans le cadre des 60 ans du droit de vote des femmes dans le canton.

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article

Joignez-vous à la discussion

Avec un compte SWI, vous avez la possibilité de faire des commentaires sur notre site web et l'application SWI plus.

Connectez-vous ou inscrivez-vous ici.