Navigation

Répartition des tâches pour le nouveau Conseil d'Etat neuchâtelois

La nouvelle élue et benjamine du Conseil d'Etat neuchâtelois Crystel Graf, 35 ans, hérite du département de la formation, de la digitalisation et des sports. KEYSTONE/LAURENT GILLIERON sda-ats
Ce contenu a été publié le 12 mai 2021 - 18:07
(Keystone-ATS)

Le visage du Conseil d'Etat neuchâtelois sorti des urnes dimanche est connu. Les nouvelles élues Crystel Graf et Florence Nater héritent respectivement de la formation, de la digitalisation et des sports ainsi que de l’emploi, de l’action et la cohésion sociales.

La répartition des départements est tombée mercredi en fin d'après-midi, "au terme d'une réflexion menée sereinement dès le lendemain de l'élection du Conseil d'Etat". "Les discussions ont été menées d’emblée dans un esprit empreint de collégialité et avec le souci de la continuité", précise le communiqué

L'entrée en fonction du nouvel exécutif est prévue le 25 mai. Le doyen de fonction du Conseil d’Etat, le socialiste Laurent Kurth, garde le département des finances et de la santé. Le PLR Alain Ribaux, le mieux élu dimanche, récupère quant à lui l'économie qui vient s'ajouter à son département de la sécurité et de la culture.

Quant à son collègue de parti Laurent Favre, il conserve le même département du développement territorial et de l'environnement, précise le communiqué de la Chancellerie d'Etat. Sa collègue de parti, Crystel Graf, prend la tête d'un département qui, outre la formation, intègre la numérisation et les sports.

Expériences et compétences

Enfin, la socialiste Florence Nater se trouve à la tête d'un département comprenant l’emploi, l’action et la cohésion sociales. Le périmètre perd l'économie, qui va chez Alain Ribaux, mais opère une nouvelle distinction thématique avec l'emploi. L’organisation retenue est adaptée aux défis à venir, note encore le communiqué.

De plus, la répartition permet "de valoriser les expériences et compétences de chaque membre". Au-delà, "la profonde réorganisation opérée en 2013, avec le souci d’apporter de la cohérence dans l’action gouvernementale, a permis de relever nombre de défis majeurs qui se présentaient à notre canton", note l'exécutif.

Fort de ce constat, le gouvernement élu affirme avoir souhaité inscrire l’organisation des départements dans la continuité, tout en apportant quelques ajustements et de nouvelles dénominations de départements avec l’objectif de répondre aux défis à venir. Il a également retenu une répartition équilibrée des responsabilités.

Partager cet article

Joignez-vous à la discussion

Avec un compte SWI, vous avez la possibilité de faire des commentaires sur notre site web et l'application SWI plus.

Connectez-vous ou inscrivez-vous ici.