Robert Hossein revisite le "Huis-Clos" de Sartre

Robert Hossein joue le rôle de Garcin. www.ccu.be

Robert Hossein met en scène et joue au Théâtre de Carouge à Genève la pièce de Jean-Paul Sartre. Décevant.

Ce contenu a été publié le 14 février 2002 - 15:24

«L'enfer, c'est les autres». Jugement cruel, sans appel. Et formule lapidaire qui a pris la force d'un adage depuis que Sartre l'a écrite en 1945, dans sa fameuse pièce «Huis-Clos».

L'auteur introduisait alors dans son texte une dimension philosophique, certes toujours percutante, mais qui transforme le théâtre en une tribune pour débat d'idées.

Observation brute et hyperréaliste du quotidien

Une tribune à l'atmosphère lourde, surtout pour les scènes d'aujourd'hui qui fuient l'exposition d'une pensée dialectique, préférant l'observation brute et hyperréaliste du quotidien. Question de mode, sans doute.

On ne s'attendait donc pas à ce que ce «Huis-Clos» présenté au Théâtre de Carouge révolutionne le théâtre. D'autant que Robert Hossein, qui met en scène la pièce, fait du débat philosophique une démonstration pathétique des sentiments, des doutes et des interrogations qui animent Garcin (Robert Hossein himself), Inès (Natacha Amal) et Estelle (Mélanie Page).

Trois acteurs dont le jeu, à la tonalité boulevardière, s'intègre mal au mouvement dramatique conduit par la peur croissante de cet inconnu qu'est l'enfer.

Car c'est en enfer que les trois personnages se retrouvent après leur mort advenue dans des circonstances criminelles. Un enfer sans feu ni flammes, sans geôlier non plus, chacun étant un bourreau pour l'autre, tous damnés et condamnés à vivre ensemble pour toujours.

D'où leur souffrance progressive, d'autant plus insupportable qu'elle est déclinée sur scène sous la forme d'une conversation de salon animée (beaucoup trop), éclairée par la lumière glauque d'une lampe d'interrogatoire et coincée entre trois canapés (rouge, vert et jaune) on ne peut plus tristes.

Ghania Adamo

«Huis-Clos»; au Théâtre de Carouge jusqu'au 24 février. Tel: 022/343 43 43

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article