Navigation

"Non" zurichois au premier jardin d'enfants islamique de Suisse

Ce contenu a été publié le 27 mai 2014 - 19:29
(Keystone-ATS)

La première école maternelle islamique en Suisse n'ouvrira pas à Volketswil (ZH). Les autorités zurichoises ont rejeté la demande faite par l'association "al Huda". Son lien idéologique étroit avec le Conseil central islamique suisse a été déterminant dans ce refus.

Cette proximité est problématique, écrit l'office zurichois de l'école obligatoire. Le danger existe en effet que les valeurs enseignées aux enfants soient unilatérales, selon lui. Il existe en en outre de "sérieux doutes" qu'un tel jardin d'enfants respecte le plan d'étude cantonal.

Inscriptions déjà ouvertes

L'association "al Huda" avait déposé sa demande en juin 2013. Elle entendait créer un jardin d'enfants de 15 à 25 élèves réunis dans un appartement du centre islamique de Volketswil.

Malgré l'absence d'autorisation, l'association avait déjà ouvert les inscriptions d'enfants pour son école maternelle sur son site internet. Elle avait en outre lancé un appel aux dons en faveur du projet.

Le but de cette école maternelle était d'enseigner l'arabe et le Coran ainsi que de renforcer la cohésion de la communauté islamique, indique l'association dans la présentation de son projet. La connaissance de la religion constitue la base de tout ce que les enfants apprennent et vivent plus tard, selon "al Huda".

Incompatible avec le pluralisme

Ce principe laisse conclure à une vision "fortement normative et non pluraliste des modes de vie islamiques", estiment les autorités zurichoises. Il faut en supposer que l'enseignement de cette école maternelle obéit à une "interprétation très spécifique de la tradition islamique".

Cette perspective n'est pas compatible avec les lignes directrices de l'école obligatoire, dont la tolérance, l'ouverture et la capacité au dialogue. Les établissements scolaires doivent garantir que les élèves ne soient pas exposés à des influences pédagogiques ou idéologiques qui contreviennent de manière fondamentale aux buts de l'école obligatoire.

"Incompréhensible" pour le Conseil central

Le Conseil central islamique suisse a manifesté son "incompréhension" face à la décision des autorités. Sur son site internet, le porte-parole Abdel Azziz Qaasim Illi dit espérer que l'association "al Huda" fera recours. Et de regretter que les autorités zurichoises préfèrent tuer un projet dans l'oeuf plutôt que de tenter des expériences.

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article

Joignez-vous à la discussion

Avec un compte SWI, vous avez la possibilité de faire des commentaires sur notre site web et l'application SWI plus.

Connectez-vous ou inscrivez-vous ici.