Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Berne - On ne saura pas le fin mot de l'histoire de la "taupe" qui a traqué Oskar Holenweger. Le procureur fédéral extraordinaire Urs Fuhrer a classé la plainte pénale déposée par l'ancien banquier contre l'agent infiltré.
Les nombreuses investigations effectuées n'ont pas permis de reconstituer avec précision le déroulement des faits, ni de confirmer les griefs invoqués par M.Holenweger, a indiqué jeudi le Département fédéral de justice et police.
Le banquier a déposé une dénonciation pénale en septembre 2009 auprès du Ministère public de la Confédération (MPC). M.Holenweger accusait d'abus de confiance qualifié, de dénonciation calomnieuse et de faux témoignage l'agent infiltré engagé dans la vaste enquête de police judiciaire dirigée à son encontre.
Il le soupçonnait en particulier d'avoir subtilisé pour son propre compte une partie de la somme que la police judiciaire fédérale a versée à cette "taupe". Cet argent devait permettre de découvrir si M.Holenweger blanchissait de l'argent.
Si le banquier a bel et bien accepté en 2003 un montant de 834'000 euros de la part de la "taupe", l'enquête du MPC n'a pas permis de prouver d'autres cas de blanchiment d'argent de la drogue. Ce point ne constitue donc plus qu'un chef d'accusation accessoire dans le procès qui attend Oskar Holenweger devant le Tribunal pénal fédéral.
L'acte d'accusation du parquet retient désormais des griefs liés à la corruption: faux dans les titres, complicité de gestion déloyale en lien avec le transfert de fonds du groupe français Alstom dans des caisses noires, blanchiment des fonds transférés dans ces caisses noires ou utilisés à des fins de corruption.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS