Navigation

Au moins 22 migrants se sont noyés à l'aube en mer Egée

Ce contenu a été publié le 05 mai 2014 - 16:20
(Keystone-ATS)

Au moins 22 migrants, dont des femmes et des enfants, se sont noyés lundi à l'aube après le naufrage de deux embarcations en mer Egée, selon un nouveau bilan annoncé par les gardes-côtes grecs. Plusieurs migrants sont portés disparus.

Selon les gardes-côtes, les corps de 18 victimes ont été découverts en milieu de journée. Ils se trouvaient dans l'une des deux embarcations à bord desquelles quelque 65 personnes de nationalité encore inconnue avaient tenté de gagner la Grèce, en provenance de Turquie, avant de faire naufrage.

Les victimes sont quatre enfants, trois garçons et une fille, douze femmes et six hommes. Quatre autres corps ont été retrouvés en mer lors de recherches.

Trente-six survivants, dont trois femmes et un enfant, ont été secourus par les gardes-côtes lors de l'arrivée sur les lieux du drame, à l'aube. Les raisons du naufrage du petit yacht suivi par un canot, près de l'île grecque de Samos, n'ont pas encore été déterminées.

La Grèce est un des principaux points d'entrée dans l'Union européenne pour les migrants qui fuient la guerre et la misère des pays d'Afrique, du Moyen-Orient et du sous-continent indien, via les îles de la mer Egée. Ces dernières sont empruntées par les passeurs pour échapper aux contrôles renforcés le long des frontières de l'Europe avec la Turquie.

Depuis le début de l'année, au moins dix-neuf migrants se sont noyés en mer Egée dans ces périlleuses traversées. Selon un récent rapport d'Amnesty International, 188 adultes ou enfants s'y sont noyés ou ont disparu entre août 2012 et mars 2014.

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article

Joignez-vous à la discussion

Avec un compte SWI, vous avez la possibilité de faire des commentaires sur notre site web et l'application SWI plus.

Connectez-vous ou inscrivez-vous ici.