Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Plusieurs milliers de personnes se sont rassemblées dimanche à Bruxelles pour dire non à la libération conditionnelle de Michelle Martin, ex-femme du meurtrier pédophile Marc Dutroux. Ils ont réclamé aussi une réforme de la justice, ravivant le débat sur les peines incompressibles.

C'est dans une ambiance très calme, mais une chaleur étouffante que 5000 personnes, selon la police, ont défilé dans les rues de Bruxelles à l'appel de Jean-Denis Lejeune, le père de l'une des victimes de Dutroux.

Parmi les manifestants figuraient aussi le père d'An Marchal, une victime du meurtrier pédophile, ainsi que Laetitia Delhez, tout de noir vêtue, l'une des deux victimes de Marc Dutroux ayant survécu. Leur objectif: demander une réforme de la justice, à quelques jours de la décision de la plus haute juridiction belge sur la libération conditionnelle de Michelle Martin, l'ex-femme de Marc Dutroux.

Rencontre avec la ministre de la justice

A l'issue du défilé, MM. Lejeune et Marchal ainsi que Laetitia Delhez ont rencontré la ministre belge de la Justice, Annemie Turtelboom, pour lui remettre une série de propositions pour réformer la justice.

Le débat sur les peines incompressibles pour les crimes les plus graves est relancé dans le pays. La ministre de la Justice a annoncé samedi qu'un texte sur ce sujet sensible était déjà prêt depuis plusieurs semaines.

Dans un couvent

La Cour de cassation doit se prononcer le 28 août sur la validité de la libération conditionnelle de Michelle Martin, qui reste en attendant derrière les barreaux. Agée de 52 ans, l'ancienne institutrice avait été reconnue coupable d'avoir séquestré plusieurs des victimes de Marc Dutroux et d'avoir laissé mourir de faim Julie Lejeune et Melissa Russo.

Incarcérée depuis 1996, elle a purgé 16 ans de prison, soit un peu plus de la moitié des 30 ans de réclusion auxquels elle a été condamnée. Si elle est libérée, elle sera accueillie dans un couvent près de Namur, à condition de se "tenir à distance" des familles des victimes.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS