Navigation

Berne prête à collaborer avec le gouvernement palestinien d'union

Ce contenu a été publié le 03 juin 2014 - 13:18
(Keystone-ATS)

La Suisse s'est dite prête à collaborer avec le nouveau gouvernement palestinien d'union nationale soutenu par le Fatah et le Hamas. Une réaction qui contraste nettement avec celle du gouvernement israélien, fortement opposé à toute coopération avec cette nouvelle formation.

Berne rappelle que l'unité palestinienne est une condition nécessaire à l'instauration de la paix et à la création d'un Etat palestinien. "La Suisse souligne par ailleurs l'importance de la tenue d'élections libres et justes dans les prochains mois, comme annoncé hier", indique le Département fédéral des affaires étrangères (DFAE) dans un communiqué.

Les autorités suisses espèrent que ce nouveau gouvernement saura mettre en place des conditions propices à une véritable conciliation entre les factions palestiniennes. Elles invitent également toutes les parties à reconnaître le droit d'Israël à l'existence.

Sur l'initiative arabe de paix

Pour mémoire, la Suisse souhaite que les négociations finales sur le statut de la Palestine soient fondées sur le droit international ainsi que sur des paramètres clairs, dont ceux de l'Initiative arabe de paix, présentée à Beyrouth en 2002.

Cette dernière, lancée par l'Arabie saoudite en 2002 et adoptée par la Ligue arabe, prévoit une normalisation des relations entre les pays arabes et Israël. Ceci en échange du retrait israélien des territoires arabes occupés depuis juin 1967, la création d'un Etat palestinien avec Jérusalem-Est pour capitale et un règlement "équitable et agréé" de la question des réfugiés palestiniens.

Critiques envers Washington

A l'inverse, plusieurs ministres israéliens ont vertement critiqué la décision de la diplomatie américaine de "travailler" avec le nouveau gouvernement palestinien.

"Malheureusement, la naïveté américaine a battu tous les records. Toute collaboration avec le Hamas qui tue des femmes et des enfants est inacceptable", a ainsi protesté le ministre des Communications Gilad Erdan.

Un Palestinien tué

L'entrée en fonction de ce nouveau gouvernement est loin d'avoir normalisé la situation sur le terrain. Un Palestinien a été tué par l'armée israélienne après avoir blessé un militaire par balles à un point de contrôle de Cisjordanie, rapporte l'état-major. Le Fatah et les proches de la victie accusent les militaires israéliens de l'avoir tué de sang-froid.

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article

Changer le mot de passe

Souhaitez-vous vraiment supprimer votre profil?