Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le nombre de chômeurs en Espagne a atteint fin février un nouveau record, avec plus de 4,7 millions de personnes, a annoncé vendredi le ministère du Travail. Selon ce dernier, ces chiffres "justifient" la réforme du travail dans une conjoncture économique européenne "compliquée".

Ce chiffre de 4'712'098 demandeurs d'emploi situe le chômage à un niveau record depuis le début de la crise en 2008 et la première diffusion de ces statistiques mensuelles en 1996. En février, 112'269 chômeurs en plus ont été comptabilisés, soit une augmentation de 2,44% par rapport au mois de janvier.

Privé de son moteur économique, la construction, le pays devrait probablement retomber en récession début 2012 et souffre du taux de chômage le plus élevé parmi les pays industrialisés: selon l'Institut national de la statistique (Ine), qui utilise une méthode de calcul différente, ce taux était de 22,85% fin 2011.

Nouvelle réforme du travail

Ces chiffres du chômage justifient la réforme du travail approuvée par le gouvernement, "complète et équilibrée dans une conjoncture très compliquée pour l'économie espagnole et européenne", affirme le ministère dans un communiqué.

Le gouvernement de droite de Mariano Rajoy a adopté le 10 février une nouvelle réforme pour flexibiliser le marché du travail, incluant la baisse des indemnités de licenciement et des mesures pour stimuler l'emploi des jeunes, provoquant une vague de manifestations dans tout le pays.

La Banque d'Espagne, l'Union européenne et le Fonds monétaire international, inquiets d'un chômage galopant en Espagne, avaient pressé l'Espagne de réformer au plus vite son marché du travail, jugé trop rigide.

ATS