Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

A Genève, la police cantonale ne sera plus seule à lutter contre le bonneteau. Le gouvernement a modifié le règlement sur les agents de police municipale afin de leur permettre d'amender les contrevenants à la loi anti-bonneteau, qui est entrée en vigueur le 16 juin.

La loi interdit toute partie de bonneteau organisée sur le domaine public ou dans un lieu accessible au public, a rappelé mercredi le Conseil d'Etat à l'issue de sa séance hebdomadaire. Le fait que la police municipale puisse désormais réprimer les joueurs s'inscrit dans la collaboration qui existe déjà avec la police cantonale, a indiqué à l'ats Patrick Puhl, porte-parole de la police genevoise.

Et de préciser que jusqu'à mi-septembre, soit pendant les trois premiers mois de l'entrée en vigueur de la loi, 615 cas de jeu ont été annoncés à la police, ce qui a donné lieu à 125 affaires. Huit joueurs ont ainsi été arrêtés pour vol, et la police a établi 162 contraventions.

Le bonneteau est un jeu d'argent qui consiste à manipuler de petites boîtes, puis à faire deviner où se trouve une bille ou un autre petit objet. Les équipes sont composées de huit à dix personnes, dont de faux joueurs qui parient et des guetteurs. Une à deux d'entre elles sont encore actives en ce moment à Genève, selon M. Puhl.

ATS