Navigation

Hague démissionne de son poste de ministre en Grande-Bretagne

Ce contenu a été publié le 15 juillet 2014 - 12:31
(Keystone-ATS)

Le ministre britannique des Affaires étrangères William Hague, poids lourd du parti conservateur, a provoqué lundi la surprise en démissionnant de son poste à dix mois d'élections législatives. Il doit reprendre le poste de Leader de la chambre des communes.

Le premier ministre David Cameron a rendu un hommage appuyé au chef de la diplomatie a nommé à ce poste le ministre de la Défense Philip Hammond, plus eurosceptique encore que M. Hague qui s'est pourtant illustré sur ce front.

William Hague, 53 ans, qui a servi pendant 20 ans dans divers gouvernements conservateurs, a été député pendant 26 ans. Il dirigeait depuis quatre ans le Foreign Office.

Référendum sur l'UE

La relève aux Affaires étrangères intervient à un moment particulièrement critique de la relation de Londres avec l'UE. M. Cameron a promis aux Britanniques d'obtenir des réformes de l'UE et du lien de leur pays avec l'UE, avant de convoquer un référendum en 2017 sur le maintien du Royaume-Uni au sein du club des 28.

William Hague restera cependant quelques mois encore au gouvernement, en tant que Leader de la chambre des communes (la chambre basse du Parlement), afin de mener la bataille législative de 2015 pour le compte du parti. Il a précisé que lui-même ne briguerait pas un nouveau mandat de député.

"Massacre des modérés"

Le 10 Downing street a annoncé lundi soir que le premier ministre avait aussi accepté la démission du ministre aux universités, du ministre à l'énergie et au changement climatique, du ministre à l'Irlande du Nord et du ministre au Pays de Galles.

Un porte-parole de l'opposition conservatrice a vu dans le remaniement, "un massacre des modérés". C'est une preuve supplémentaire que les Tories souhaitent "battre la retraite en Europe".

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article

Joignez-vous à la discussion

Avec un compte SWI, vous avez la possibilité de faire des commentaires sur notre site web et l'application SWI plus.

Connectez-vous ou inscrivez-vous ici.