Navigation

Le Jorat (VD) veut devenir un parc naturel périurbain

Ce contenu a été publié le 06 mai 2014 - 21:03
(Keystone-ATS)

Les bois du Jorat (VD) pourraient devenir un parc naturel périurbain, le deuxième de Suisse après le Sihlwald zurichois. La candidature devrait être déposée en janvier 2015 auprès de la Confédération. Les 13 communes concernées, dont Lausanne, doivent encore donner leur aval.

Les forêts du Jorat, sur les hauts de Lausanne, accueillent environ 1,5 million de visiteurs par année. La zone offre un espace de liberté aux promeneurs mais elle permet aussi l'exploitation du bois et donne la possibilité de découvrir une nature préservée.

Plus d'intervention humaine

Le projet de parc naturel périurbain prévoit de soustraire une partie de ces bois - 4 km2, soit environ 10% - à une exploitation classique. "Ce noyau sera laissé en libre évolution, sans intervention humaine", a expliqué mardi à l'ats Anne Marion Freiss, présidente de l'association "Jorat une Terre à vivre au quotidien".

Les promeneurs pourront s'y rendre, mais ils ne pourront s'éloigner des chemins balisés, a-t-elle ajouté. Tout autour de cette zone centrale, une zone de transition sera plus ouverte. "On y organisera beaucoup plus de choses qu'aujourd'hui", a-t-elle expliqué.

Etapes à franchir

La démarche n'en est qu'à ses débuts et beaucoup d'étapes restent à franchir jusqu'à sa concrétisation. L'objectif est de préserver à long terme une ressource naturelle - les bois du Jorat - qui pourrait être menacée en raison de la forte fréquentation.

Le projet de parc périurbain permettra de repenser et d'optimiser la distribution spatiale des activités des différents usagers, indique mardi l'association dans un communiqué. Les exécutifs des communes seront appelés à donner leur accord de principe en septembre.

Une candidature sera déposée en janvier 2015 auprès de l'Office fédéral de l'environnement, qui évaluera le dossier. Puis les communes pourront présenter et développer des projets. En 2019, le résultat sera soumis aux législatifs des communes concernées.

Plusieurs communes possèdent du terrain sur les 4 km2 du futur parc naturel périurbain: Lausanne, Jorat-Menthue, Ropraz et Montpreveyres notamment. Le canton de Vaud, qui est aussi propriétaire, soutient activement la démarche.

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article

Joignez-vous à la discussion

Avec un compte SWI, vous avez la possibilité de faire des commentaires sur notre site web et l'application SWI plus.

Connectez-vous ou inscrivez-vous ici.