Navigation

Les Etats voisins de la Libye appellent à un dialogue national

Ce contenu a été publié le 14 juillet 2014 - 15:32
(Keystone-ATS)

Les Etats voisins de la Libye ont appelé à l'issue d'une réunion en Tunisie à un dialogue national libyen. Ils ont annoncé la mise en place de commissions sécuritaire et politique pour tenter d'aider le pays à sortir de l'anarchie.

Les représentants de la Tunisie, de l'Algérie, du Soudan, de l'Egypte, du Tchad et du Niger réunis à Hammamet, au sud de Tunis, en présence de l'ambassadeur libyen, ont indiqué dans un communiqué s'être mis d'accord pour mettre en place deux commissions. L'une, présidée par l'Algérie, devra "suivre les questions sécuritaires et militaires, y compris la surveillance des frontières".

Rapport fin juillet

L'autre, dont se chargera l'Egypte, aura pour mission de "contacter la classe politique et les composantes de la société civile en Libye" en vue de faciliter la mise en place d'un dialogue national.

Ces deux commissions doivent remettre leurs rapports au cours de la dernière semaine de juillet au chef de la diplomatie tunisienne, qui les exposera à son tour à ses homologues lors de la prochaine réunion des Etats voisins de la Libye.

Absence libyenne

Les participants ont également souligné "la nécessité de remédier (au problème des) foyers du terrorisme en Libye, qui sont une source d'inquiétude pour la Libye et les Etats du voisinage immédiat".

Des représentants de la Ligue arabe et de l'Union africaine ont pris part à la réunion. Mais, signe de l'anarchie régnant en Libye, le ministre libyen des Affaires étrangères Mohamed Abdelaziz a été remplacé par l'ambassadeur de Libye à Tunis.

Cinq morts à Benghazi

L'aéroport de Tripoli a en effet dû être fermé après une attaque dimanche de milices islamistes, déterminées à en chasser les brigades anti-islamistes de Zenten, une ville à 170 km au sud-ouest de la capitale.

Et à Benghazi, la grande ville de l'est du pays, au moins cinq personnes ont été tuées et neuf autres blessées au cours de violents affrontements qui ont éclaté dimanche soir entre les forces de sécurité et des milices, ont rapporté des sources médicales et proches des services de sécurité.

Des combattants irréguliers fidèles à l'ancien général Khalifa Haftar ont pilonné des bases de miliciens islamistes dans le cadre des opérations qu'ils mènent pour les déloger de Benghazi, et les forces spéciales libyennes sont intervenues également contre les islamistes positionnés dans la grande ville de la Cyrénaïque.

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article

Joignez-vous à la discussion

Avec un compte SWI, vous avez la possibilité de faire des commentaires sur notre site web et l'application SWI plus.

Connectez-vous ou inscrivez-vous ici.