Navigation

Les satanistes américains ont droit de cité à l'école navale

Le temple satanique prône l'empathie, la recherche de la connaissance, la justice et droit à disposer de son corps (archives). KEYSTONE/AP The Satanic Temple sda-ats
Ce contenu a été publié le 17 octobre 2019 - 01:03
(Keystone-ATS)

Le temple des satanistes, une organisation considérée comme une religion aux Etats-Unis, a désormais droit de cité à l'école navale d'Annapolis, qui forme les officiers de l'US Navy. Ils ne sont toutefois pas autorisés à célébrer des messes sataniques.

"Récemment, un groupe d'aspirants officiers de 'Marine', dont les croyances sont alignées sur celles pratiquées par le temple satanique, a requis un espace de réunion pour discuter de leurs croyances et les partager", a indiqué une porte-parole de l'école navale.

"La demande était pour un espace d'étude de groupe, pas pour une messe satanique", a-t-elle ajouté, précisant que le temple satanique est "un mouvement religieux non théiste et politiquement actif, reconnu comme une religion par le service des impôts".

Empathie et justice

Dans un communiqué, le temple satanique, qui, contrairement à ce que son nom pourrait laisser croire, ne vénère pas le diable, a assuré qu'il défendrait son droit à célébrer des offices religieux.

L'organisation, qui prône l'empathie et la recherche de la connaissance, la justice, le droit à disposer de son corps et la science, a estimé que ses convictions n'étaient pas incompatibles avec son caractère religieux et ne devaient donc pas l'empêcher de célébrer des offices.

"Si l'école navale veut empêcher les aspirants d'une religion quelconque de célébrer des offices parce que leur église défend des opinions politiques ou sociales, il faudra qu'elle interdise les messes des catholiques, parce que leur église milite contre l'avortement, des mormons qui militent contre le mariage homosexuel et quasiment toutes les églises protestantes qui font les deux", a souligné le porte-parole des satanistes.

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article