Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Football - Le FC Bâle jouera mercredi à Lisbonne contre Benfica une carte importante dans l'optique d'une éventuelle qualification pour les 8es de finale de la Ligue des champions.
Dominé par Benfica le 18 octobre au Parc St-Jacques (2-0), Bâle ne peut pas se permettre de revenir de Lisbonne les mains vides. Les Rhénans doivent sans doute prier pour qu'Alexander Frei et Xherdan Shaqiri soient dans un grand soir lors de la 4e journée de la Ligue des champions (20h45).
Le moindre faux pas peut faire très mal au plus haut niveau. Ainsi, la leçon infligée par la formation de Jorge Jesus il y a deux semaines a presque complètement effacé l'excellent début d'exercice des Bâlois (victoire contre Galati et match nul à Manchester). Car, en cas de défaite, une des deux places qualificatives s'envolerait déjà définitivement au profit de Benfica.
Or, si dans le même temps Manchester United s'impose contre les Roumains de l'Otelul, le FCB accuserait 4 points de retard sur les Anglais et devrait non seulement battre la troupe de Ferguson (6e journée) - la mince affaire -, mais aussi espérer que ManU soit accroché par un Benfica déjà qualifié (5e journée).
Co-leader avec Porto du championnat du Portugal, Benfica plane totalement en ce début de saison: aucune défaite en 17 rencontres officielles (la dernière remonte à la demi-finale retour de l'Europa League contre Braga le 5 mai) et un seul revers lors de ses 17 dernières parties européennes à domicile ! Qui plus est, le club lisboète ne s'est jamais incliné contre une formation suisse en cinq confrontations.
Face à la légion étrangère de Benfica, notamment emmenée par Cardozo (12 buts en 18 matches officiels cette saison dont un à Bâle), Rodrigo (auteur des deux buts de la victoire de samedi contre Olhanense), ou encore par les excellents Aimar et Bruno César, Heiko Vogel n'a qu'une seule possibilité: redonner à son équipe une solidité défensive qui fait régulièrement défaut.
L'Allemand cherchera également à trouver les bons mots pour que le Shaqiri qui foulera la pelouse de La Luz soit de la plus belle cuvée. Avec son talent, sa force de percussion et sa vitesse, l'ailier détient l'une des clés de la rencontre, qui verra sans doute Bâle subir et tenter crânement sa chance sur des contres.
Des contres qu'il faudra concrétiser. Une obligation que ne connaît que trop bien Alexander Frei. Une responsabilité, aussi, qui n'a jamais effrayé le buteur rhénan. Frei a déjà frappé 13 fois cette saison en 16 apparitions, dont 3 fois en Ligue des champions. Toutefois, l'ancien international devra composer sans sont habituel partenaire d'attaque Marco Streller, qui déclare forfait à cause d'une grippe intestinale.

ATS