Navigation

Londres: une ex-star de la BBC emprisonné pour sévices sexuels

Ce contenu a été publié le 05 juillet 2014 - 02:22
(Keystone-ATS)

L'artiste australien Rolf Harris, star du petit écran depuis les années 1960, s'est vu infliger vendredi à Londres cinq ans et neuf mois pour agressions sexuelles envers quatre victimes âgées de 8 à 19 ans. Il a été reconnu coupable de l'ensemble des faits commis entre 1968 et 1986.

L'ancien animateur de la BBC, 84 ans, adulé des enfants anglo-saxons, comique à ses heures qui a peint un portrait de la reine Elizabeth pour ses 80 ans et a chanté en solo au palais de Buckingham à l'occasion de son jubilé de diamant en 2012, plaidait non coupable, même s'il a confessé "une part d'ombre.

Le procureur a pour sa part dénoncé sa double personnalité de "Docteur Jekyll et Mister Hyde" au sobriquet de "pieuvre".

"Vous avez contribué à des bonnes causes et à des oeuvres charitables", a reconnu le juge. "Mais le verdict unanime du jury atteste qu'entre 1969 et 1986 vous avez aussi commis de multiples crimes sexuels" avec "dans tous les cas un écart d'âge considérable entre vous et vos victimes."

Il a aussi souligné "l'absence totale de remords" de la vedette déchue "qui s'est comportée devant le tribunal comme s'il s'agissait de livrer une performance".

"Il m'a volé mon enfance"

Fidèle jusqu'au bout à son image de star, l'homme à la barbichette avait rejoint vendredi le tribunal en hors-bord sur la Tamise. Parmi les plaignantes figurait la meilleure amie de sa fille, victime de sévices sexuels depuis l'âge de 13 ans. "Il m'a volé mon enfance" a-t-elle dit à la barre.

Animateur jusqu'en 1993 de l'émission "Rolf's Cartoon club" présentant des dessins animés, Rolf Harris avait enregistré une vidéo dans le cadre d'une campagne antipédophilie intitulée "les enfants savent dire non".

Ancien champion de natation, diplômé en arts et sciences de l'éducation, il avait été fait commandeur de l'ordre de l'Empire britannique dans son pays d'accueil. L'octogénaire est susceptible de voir sa peine réduite de moitié.

Toutefois une douzaine de femmes au Royaume-Uni, en Australie et en Nouvelle-Zélande ont menacé ces dernières semaines de porter plainte contre lui.

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article

Joignez-vous à la discussion

Avec un compte SWI, vous avez la possibilité de faire des commentaires sur notre site web et l'application SWI plus.

Connectez-vous ou inscrivez-vous ici.