Navigation

Mercuria rachète les activités de matières premières de JPMorgan

Ce contenu a été publié le 19 mars 2014 - 15:25
(Keystone-ATS)

Le groupe de négoce genevois Mercuria Energy a trouvé un accord avec la banque américaine JPMorgan Chase pour le rachat de son unité de commerce physique de matières premières. Le montant de la transaction s'élève à quelque 3,5 milliards de dollars (environ 3 milliards de francs).

La transaction, qui doit recevoir le feu vert des autorités réglementaires, se fera en numéraire et devrait être finalisée au troisième trimestre, précise un communiqué publié mercredi par JPMorgan Chase. Elle n'aura toutefois pas d'impact "matériel" dans les résultats de la première banque américaine en termes d'actifs.

Une source proche du dossier avait indiqué un peu plus tôt que JPMorgan avait choisi le négociant genevois, qui était en compétition avec des fonds d'investissements comme Blackstone et Macquarie Group.

Chiffre d'affaires de 98 milliards

Mercuria a été fondé en 2004 par deux anciens traders suisses de Goldman Sachs, Marco Dunand et Daniel Jaeggi. Le groupe de négoce dispose de bureaux à Londres, Genève, Chicago, Singapour, Hong Kong et Houston (Texas). Il est actif dans le négoce de pétrole, de produits énergétiques et d'autres matières premières, selon son site internet. En 2012, il a réalisé un chiffre d'affaires de 98 milliards de dollars.

L'activité de négoce de matières premières physiques de JPMorgan comprend le pétrole, le gaz naturel, des champs gaziers et des métaux. Elle génère en moyenne un bénéfice annuel de 750 millions de dollars avant rémunérations.

Attention accrue de la Fed

JPMorgan avait mis cette unité en vente dans un contexte d'attention accrue des autorités américaines, notamment de la Réserve fédérale (Fed), sur les actifs de matières premières physiques des banques.

L'été dernier, la banque s'est vu imposer 410 millions de dollars d'amende sur ses activités de courtage d'électricité. Elle se trouve de façon générale dans le collimateur des autorités américaines sur de plusieurs fronts.

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article

Joignez-vous à la discussion

Avec un compte SWI, vous avez la possibilité de faire des commentaires sur notre site web et l'application SWI plus.

Connectez-vous ou inscrivez-vous ici.