Navigation

Mondial 2014: le Costa-Rica crée la sensation

Ce contenu a été publié le 14 juin 2014 - 22:56
(Keystone-ATS)

Genève - La première rencontre du groupe D entre l'Uruguay et le Costa-Rica a rendu un étonnant verdict. La sélection d'Amérique centrale s'est imposée 3-1 contre la Céleste.
Comme la Colombie plus tôt dans la journée face à la Grèce, l'Uruguay a plus que peiné à justifier son quatrième rang obtenu voici quatre ans en Afrique du Sud. Mais contrairement aux Cafeteros, les joueurs d'Oscar Tabarez n'ont pas trouvé de solutions pour venir à bout de fantastiques Costariciens.
Les Uruguayens avaient pourtant bien commencé. A la 24e minute, Cavani a ouvert la marque sur un penalty consécutif à une faute dans la surface sur Diego Lugano. L'attaquant du PSG n'a pas tremblé pour battre l'excellent portier costaricien Keylor Navas pourtant parti du bon côté. Le portier de Levante a effectué un superbe arrêt de la main opposée à la 44e sur une frappe de Forlan détournée par l'un de ses défenseurs.
Puis en deuxième mi-temps, les événements se sont précipités. A la 54e, c'est d'abord Campbell qui a pu remettre les deux équipes à égalité en fusillant Muslera. L'attaquant d'Arsenal a encore eu une belle possibilité mais sa frappe enroulée est passée juste à côté. Entre temps, les Costariciens ont inscrit le 1-2 sur une magnifique tête de Duarte.
Sans son attaquant Luis Suarez, opéré du menisque fin mai, la Céleste a semblé empruntée lorsque l'équipe de José Luis Pinto s'est portée à l'offensive. Incrédule face à la jouerie costaricienne, Muslera a dû s'avouer vaincu une troisième fois sur une percée d'Urena, entré en jeu une minute plus tôt. Malgré son but sur penalty, Edinson Cavani n'a pas eu le rendement d'un James Rodriguez avec la Colombie.
La Céleste s'apprête maintenant à affronter les deux ténors de ce groupe "de la mort", l'Italie et l'Angleterre. Mais une chose est claire, l'Uruguay a grillé son joker. Les Sud-Américains ont de plus perdu Maxi Pereira, expulsé lors des arrêts de jeu pour une vilaine faute sur Campbell.

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article

Joignez-vous à la discussion

Avec un compte SWI, vous avez la possibilité de faire des commentaires sur notre site web et l'application SWI plus.

Connectez-vous ou inscrivez-vous ici.