Navigation

Pretoria: Oscar Pistorius se soumet à des examens psychiatriques

Ce contenu a été publié le 26 mai 2014 - 13:22
(Keystone-ATS)

Le champion paralympique sud-africain Oscar Pistorius, accusé d'avoir assassiné sa petite amie en février 2013, s'est rendu lundi matin dans un hôpital psychiatrique de Pretoria, ont constaté des journalistes de l'AFP. Il doit subir une série d'examens ordonnés par la justice.

L'accusé est arrivé dans une berline noire à l'hôpital public de Weskoppies, où la sécurité avait été renforcée. Il était seul, sans les parents ou les amis qui l'accompagnent habituellement au tribunal de Pretoria, où il est jugé depuis le 3 mars.

La juge Thokozile Masipa a ordonné le 20 mai qu'Oscar Pistorius soit soumis à une batterie de tests afin de vérifier si "pour des raisons de santé ou d'infirmité mentale, il était pénalement responsable au moment du crime pour lequel il est poursuivi, et s'il était capable d'apprécier la nature illicite de son acte".

Circonstances atténuantes

En liberté sous caution jusqu'au jugement, Oscar Pistorius, 27 ans, devra se rendre à l'hôpital aux heures de bureau "pour une période ne devant pas excéder trente jours", selon l'arrêté de la juge. Son procès reprendra le 30 juin.

S'il est jugé irresponsable, le procès pourrait s'arrêter. Si les experts concluent à des facultés diminuées, cela pourrait lui valoir des circonstances atténuantes.

Passible de la prison à vie, soit 25 ans de réclusion incompressible, M. Pistorius plaide non coupable du meurtre de sa petite amie Reeva Steenkamp.

Il ne nie pas avoir tué la jeune femme, mais affirme avoir cédé à la panique, se croyant victime d'un cambriolage. Il a fait feu en direction de la porte des toilettes d'où venait un bruit suspect, sans savoir, dit-il, que Mme Steenkamp s'y trouvait.

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article

Joignez-vous à la discussion

Avec un compte SWI, vous avez la possibilité de faire des commentaires sur notre site web et l'application SWI plus.

Connectez-vous ou inscrivez-vous ici.